Voyage à Bruxelles [21.09.12 : Départ pour la Belgique]

On y est ! C’est le départ pour notre week-end à Bruxelles. On est Vendredi 21 Septembre 2012 et il est 6H15 quand le réveil retentie. Oui ça fait un peu mal après une bonne semaine de boulot mais bon, faut savoir ce qu’on veut hein !

On se prépare tranquillement, on finit de boucler les valises et on part en direction de… la gare ! Oui le périple pour arriver à Bruxelles va être long et on a pas forcément choisi la facilité.

Tout d’abord, ça va être 30 minutes de train afin d’arriver à Nîmes, puis 30 minutes de navette afin d’arriver à l’aéroport, nous avons ensuite 1H30 d’avion pour arriver à l’aéroport de Charleroi-Bruxelles-Sud, puis 20 minutes de navette entre l’aéroport et la gare de Charleroi-Sud, et pour finir 1H de train avant d’arriver à Bruxelles-Nord afin de retrouver notre hôtels à quelques mètres.

Rien qu’à le dire, ça me fatigue, mais bon on est pas à ça prés, et c’est donc armés de patience qu’on se dirige à la gare de Montpellier pour prendre le train à 7H30. Nous arrivons à Nîmes à 8H et nous attendons la navette qui se situe à l’entrée de la gare. A 8H25 la navette est là, à l’heure mais elle coute quand même 5€ par trajet, c’est excessivement cher, à Montpellier l’aller vers l’aéroport ne coûte que 1€ ! Une demi-heure plus tard, il est 9H et nous arrivons à l’aéroport de  Nîmes qui est ridiculement petit…je crois qu’il est un peu plus petit que la gare de Montpellier.. oui oui j’ai bien dis la « gare », je ne me suis pas trompée hein ;)
On attend dans le seul hall où nous pouvons attendre et l’enregistrement des bagages pour notre vol va commencer. Il est 9H55, nous décollons dans deux heures et le guichet RyanAir et maintenant ouvert. On dépose la valise (qui fait 10kg), et on va se rassoir quelques mètres plus loin. On attends, on attends… toujours aucun appel dans le micro pour nous dire qu’on peut passer le contrôle et aller en salle d’embarquement. Il est 11H, je me lève et je vois que la porte est bel et bien ouverte… On y va ! Aucune annonce micro ni rien, c’est étrange. En plus, il était indiqué que la porte fermait à 11H25 sur notre papier alors que sur le guichet il était noté 11H15, j’espère que les gens sont au courant des pratiques à la limite du légal de RyanAir et ont pris leurs disposition pour arriver très tôt à l’aéroport. Le contrôle est rapide, on nous fait peser la valise de cabine, 8kg, ouf c’est bon, tout le monde n’aura pas cette chance, vient l’heure où je sonne au portique mais tout le monde s’en fou. Hum, rassurant.
On fait la queue pour enfin monter dans l’avion, on vérifie nos billets pour 18ième fois et c’est bon on peut embarquer.. enfin non pardon. On nous fait tout d’abord sortir de l’aéroport par derrière et nous voyons l’appareil Boeing 737-800 stationné non loin de là avec des escaliers menant aux portes.. Bon bah ça sera à pieds que nous traverseront le tarmac.

On s’installe dans l’avion, un type me hurle limite dessus qu’il faut s’installer APRES la quatrième rangé, il parle très mal le Français mais je parviens à le comprendre quand même. T’es bien mignon mon petit mais c’est marqué où qu’il faut s’installer après la 4ième rangé ? Pour rappel, chez RyanAir, nous ne réalisons aucune réservation de siège, c’est comme un bus, on s’installe où il y a de la place.
Nous parvenons à trouver une rangé libre quelques mètres plus loin. On s’installe et je découvre, moi qui adore être côté hublot, que je suis dans une des rares rangés où il n’y a pas de hublot… J’adore la sensation d’être enfermée, trop génial..

Peu avant midi, c’est l’heure de partir ! Le décollage est très très rapide, en moins de 10 minutes le voyant « attacher vos ceintures » est éteint. Les oreilles ont plus de mal à suivre que sur tout les autres vols que j’ai fais, je ne pense pas que ça soit une coincidence.

Pendant tout le vol il est question de faire abstraction de toutes les tentatives de vente de RyanAir, qu’est ce qu’ils sont fatiguant avec leurs tickets de tombola et leurs bouteilles d’eau à 3€… Rha -_-
On arrive sans problème à Charleroi-Sud-Bruxelles, à l’heure. Il est 13H45 le temps de récupérer la valise et de sortir de l’aéroport. On cherche quelques minutes la navette qui nous conduira à la gare, on la trouve, on prend rapidement un ticket combiné navette+train pour ralier Bruxelles-Nord et on en a pour 24€ l’aller-retour par personne.

Après 20 minutes de navette, on arrive à la gare de Charleroi-Sud, on monte dans le premier train en direction de Bruxelles, ils passent tous par les trois gares principales de Bruxelles (Midi, Centre et Nord). Les trains de la SNCB sont très confortables, propres et sembles neufs. Moins d’une heure après, on arrive à destination. Le temps est gris mais il ne pleut pas, c’est l’essentiel !

On marche 600 mètres puis nous arrivons à notre hôtel le Husa President Park, un hôtel **** en plein coeur du quartier d’affaire de Gare du Nord. Moi qui adore les building je suis servie !

On prend possession de notre chambre qui a la particularité d’avoir la salle de bain à l’intérieur même de l’espace nuit, oui oui, regardez par vous même. C’était donc assez marrant !

Après avoir déposé nos affaires, on part en direction du centre-ville pour voir ce que nous pouvons faire pour le reste de le la journée car il est déjà 16H passé.
On opte pour un ticket de la STIB valable pendant 72H c’est pile poil ce qu’il nous fallait et ça nous coute 13€ par personne.

On doit prendre le tramway 3 ou 4 pour aller à l’arrêt « Bourse » qui représente la Grand’ Place et toutes les rues piétonnes du centre-ville. On se rend compte que les tramway sont entérrés et qu’ils ressemble par conséquent plus à des métros qu’à des tramway, mais bon c’est pas grave ! On fait 3 stations et on arrive déjà à l’arrêt « Bourse qui nous fait nous retrouver en plein coeur du centre.

Beaucoup de boutique et de restaurants se partagent les rues commercantes. On sort notre planning et on se rend à l’Office du Tourisme pour voir VisitBruxelles qui est une exposition racontant l’histoire de la ville, etc, on trouvait ça sympa de commencer par là. Seulement, on mets un petit peu de temps à trouver le métro pour s’y rendre, ce qui fait qu’on perd pas mal de temps. On nous expliquera plus tard qu’en fait il y a des tramway qui ont des portions entièrements souterraines, puis il y a des métros, ce n’est pas les mêmes lignes, les mêmes numéros, les mêmes quais. Que c’est compliqué… par contre il faut reconnaitre que les stations de métros bruxelloises n’ont rien à envier à celles de notre capitale Française. Dans la plupart, il y a de la musique en fond sonore, les quais sont propres et les côtés de rails s’allument en bleus et blanc lorsqu’un métro arrive et repart. J’aime beaucoup :)

On arrive enfin à destination, dans le quartier des Beaux-Arts (aussi appelé « Bozar » là bas !) non loin de la gare de Bruxelles-Centre. On marche un peu et on arrive devant l’Office du Tourisme à 17H35, il nous restera une vingtaine de minute pour l’expo, ça devrait aller ! Sauf que…. et oui, la dame ne nous laisse pas rentrer car elle est en train de fermer l’établissement… Il reste 25 minutes mais elle s’en fou.. On repart donc bredouille mais on profite quand même du quartier assez exceptionnel de part l’architecture des batisses qui se dressent devant nous.

En revanant vers un arrêt de bus, on découvre quelques personnes attroupés devant un magnifique point de vue, nous s’approche le temps de faire quelques photos, et on remarque aussitôt un papier sur un poteau, indiquant qu’un tournage de la SNCF (oui oui la SNCF me suit jusqu’en Belgique !) est en cours et qu’il y a une webcam qui diffuse en direct à Lyon. Je vous avoue que j’ai pas trop cherché à comprendre de quoi il s’agissait mais c’était assez marrant de voir tout le monde essayer de passer la tête devant la webcam.

Bon et bien, on repart dans le Centre-ville cette fois pour flâner un peu et trouver quelque part où manger ce soir. On trouve une superette donc on achète quelques bières locales (surtout Monsieur en fait !) et quelques sucreries. On fait rapidement le tour de toutes ces rues pavés on essaye de trouver un bar mais on ne le trouve pas… on abandonne donc. La fatigue se fait sentir, on voit un Quick au loin, il aura raison de nous ! Après avoir bien mangé, on veut toujours trouver notre bar, on arpente donc à nouveaux les rues pavés bruxelloises en se faisant interpeler bien 12 fois par les serveurs des restaurants pour nous proposer une table. Qu’est ce qu’ils étaient chiants, j’ai jamais vu ça ! Une rue entière de restaurants avec des mecs partout qui t’accostent, te dise de venir, commence à te parler de leur carte, de leur restau… L’enfer. Après avoir traversé cette horrible rue, on trouve enfin notre bar qui est le.. Délirium Café, du nom de la bière Delirium. On choisi de prendre le Delirium Café spécial Abbaye où on finira par se poser pour prendre des cocktails.

Peu avant 22H, nous rentrons à l’hôtel et 5/10 minutes de tramway plus tard et presque autant de marche, nous voilà devant notre hôtel. Ce soir, ça sera petit bain pour détendre les pieds qui ont beaucoup marché dans l’immense baignoire, et bière !

On se couche en préparant la journée du lendemain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sécurité CAPTCHA : Merci de donner la réponse à cette opération avant de valider votre message :

*