Voyage à New-York : [04.11.16 : Direction New-York et premiers pas en solo sur Times Square]

Réveil très matinal, il est 4H45 quand je me réveille, en moins de 10 minutes ma valise est fermée et je suis sur le pas de la porte. Après une petite marche jusqu’à l’arrêt de navette, j’attends tranquillement qu’elle arrive. J’avais peur de prendre cette navette car la première navette me faisait arriver à l’aéroport à 5H45 théoriquement et l’enregistrement de bagage ferme à 5H50… Compliqué… et pourtant les navettes sont calées sur les vols Airfrance. Bon, j’ai finalement décidé de faire confiance et de prendre la navette. J’ai l’habitude de la prendre pour ce vol mais je n’ai pas de bagage habituellement car je monte juste pour passer la journée à Paris. Bref, on verra bien.

La navette arrive à l’heure et part également à l’heure, à 5H30 pile. La route est super rapide, il n’y a personne sur la route à cette heure forcément. Moins de 10 minutes plus tard, j’arrive à l’aéroport, je suis contente car je suis même en avance, me voilà rassurée… Sauf que je ne vais pas rester rassurer longtemps car lorsque je me présente à l’hôtesse qui dispatche les gens aux guichets, elle me demande « Orly ou CDG ? » quand je réponds « CDG » elle me dit, assez agressivement « CDG ?? Dépêchez vous, on va bientôt fermer le comptoir ». Euh ouai ok… je fais la queue et je me retrouve rapidement devant le comptoir, on enregistre ma valise, on m’imprime ma carte d’embarquement et on me demande si j’ai bien mon ESTA… oui oui ! Et on me redit ENCORE une nouvelle fois de me dépêcher de monter en porte d’embarquement car l’embarquement va bientôt commencer. Pas de stress quoi.

Je passe le PIF, on me demande 10 fois si je n’ai pas d’autres électroniques dans mon sac, alors que j’avais déjà sorti mon appareil photo et mon ordinateur. Après avoir ouvert mon sac dans tous les sens, il s’avère que c’était ma power bank qui faisait trop « massif » dixit la sécurité de l’aéroport de Montpellier… Bon ok. Maintenant je n’ai plus qu’à courir en porte.

Heureusement, MPL est un petit aéroport, j’accède à la porte en moins de deux minutes, l’embarquement pour les rangs du fond vient juste d’être annoncé. Ouf c’est bon !

Je suis en 18A donc presque tout au fond de l’appareil. Je prends place et nous décollons peu de temps après la fermeture des portes.

Arrivés à Paris à 7H30, nous mettons un certain temps à rejoindre notre point de stationnement mais nous parvenons à sortir de l’avion à 7H45 sans problème.

Maintenant j’ai 5H à tuer ici avant mon départ pour New-York. En descendant de mon vol au Terminal 2F, je dois maintenant prendre le chemin du Terminal 2E. Evidemment, une assez grosse queue m’attend pour la PAF. Arrivés en bout de file, il est demandé à tous les gens en possession d’un passeport biométrique de passer par le PARAFES. Bon, cette fois, j’espère qu’il marche.

Et effectivement, en moins de 5 minutes, me voilà de l’autre côté. Un policier contrôle quand même le boarding pass à la sortie du PARAFES mais c’est vraiment très rapide, alors que de l’autre côté, la file grandit grandit grandit…

Pour atteindre les portes M je dois maintenant prendre un bus, je l’attrape vraiment très rapidement, et le prochain arrêt est : Porte M. Super !

04-11-2016-1Je me retrouve dans ce hall connue où trône la FNAC, Starbucks et bien d’autres enseignes comme Dior, Gucci, Hermes etc… je me pose une bonne demi-heure à Starbucks pour prendre mon petit-déjeuner et je termine une grosse partie de mon attente sur un des nombreux sièges très confortables au milieu du hall.

Vers 10H30 je décide d’aller me dégourdir les jambes, je vais acheter 2/3 trucs au Relay et me dirige en salle d’embarquement M50 d’où mon vol doit partir.

Il y a des chaises allongées donc c’est super sympa, ça me permet de m’allonger un peu avant de passer 8H assise dans l’avion haha !

En face de moi, notre avion est en train de se faire préparer, qu’il est beau !! 04-11-2016-304-11-2016-2Pendant ce temps je vais rapidement demander au guichet AirFrance s’il y a des offres de surclassements possibles (qui ne tente rien n’a rien, n’est-ce pas ?) et la dame me répond très gentiment que non car le vol est plein, dans toutes les classes. Ah ben super… ça promet !

Je file m’acheter de quoi grignoter et à 12H30 l’embarquement débute. 04-11-2016-4Je m’engouffre heureusement rapidement dans la file immense qui se créée. A l’entrée de la fiche, un office d’immigration qui demande à chaque personne son temps de séjour aux USA et distribue une fiche de douane à remplir dans l’avion. C’est à moi de bipper mon boarding pass dans la machine qui ouvre ses portes pour me laisser passer.

Je monte dans l’avion par l’étage inférieur et dois ensuite me diriger tout au fond de l’appareil pour prendre l’escalier menant à l’étage. Dommage de ne pas avoir fait monter l’étage supérieur par la passerelle des business et premium…
J’arrive enfin à ma place et découvre une cabine tout en intimité et vraiment bien aménagé. En effet, je dispose d’un coffre sur le côté droite, en dessous du hublot, c’est vraiment très pratique. Le stewart très sympa, vient me dire bonjour. La cabine se remplie tout doucement, il n’y a toujours personne à côté de moi. Je me dis qu’avec un peu de chance, je n’aurai personne à côté mais bon vu que le vol est censé être plein, je ne me fais pas trop d’illusion.

Juste avant la fin de l’embarquement, un homme arrive à côté de moi et me demande si je ne veux pas échanger de place et passer de l’autre côté de la cabine, sur le premier rang, côté couloir car il n’a pas réussi à voir une place avec sa copine. Je lui explique gentiment que non je ne souhaite pas changer de place, j’ai pris cette place volontairement côté hublot et rang 89 et non 88 (premier rang, accoudoir non relevables, places plus serrées, IFE dans l’accoudoir…). Il fait un peu la gueule suite à ma réponse et va tenter de voir avec un type ailleurs dans la cabine. Le mec finit par accepter (un peu à contre cœur) sur demande du PNC et va prendre la place de la fille en question. Je me retrouve ainsi avec la fille à côté de moi, et son mec sur la rangée du milieu. Evidemment ils n’arrêteront pas de discuter, de rigoler, de se faire passe des choses, chose qui va plus ou moins agacer le PNC qui essaye tant bien que mal de passer dans les allées.

Le pilote nous annonce le décollage et quelques perturbations au niveau de l’Atlantique.

Le menu est distribué très rapidement après le décollage. La distribution de l’apéritif suivra dans la foulée.

Durant ce vol je regarderai pas moins de 4 films (oui oui !). La programmation est plutôt complète, il y a beaucoup de choix, la seule chose que je peux regretter sont ces IFE vieillissants. Je suis quand même très bien installée, l’accoudoir sur la droite se relève et j’ai toutes mes affaires stockées dans le coffre sur le côté. Franchement je ne regrette pas du tout cette place.04-11-2016-5Le service arrive enfin, tout d’abord pour les repas spéciaux (celui de ma « copine » qui en moufte pas une à côté), et ensuite pour toute la cabine. Je prendrai le plat au poulet, c’était vraiment pas mal ! Note stewart nous distribuera également une petite bouteille d’eau à chacun. Le vol restera en mode « jour » pendant toute la durée du vol, c’est déjà un bon plan.

La cabine restera au calme pendant de nombreuses heures puis une collation sera apportée 1h30 avant l’atterrissage. La collation est à choix unique mais est plutôt agréable.04-11-2016-6Les PNC passent avec des feuilles de douanes pour ceux qui n’en ont pas eu à l’entrée de l’appareil. J’en profite pour demander un stylo au stewart, car je n’en ai bien évidemment jamais avec moi… Il m’en donne un avec plaisir, le temps que je puisse remplir cette simple formalité.

Nous sommes débarrassés rapidement et nous nous préparons à atterrir à JFK. Nous commençons à survoler l’était de New-York d’ailleurs, nous voyons des maisons alignées, puis la mer, puis la piste, ça y est, on y est !04-11-2016-7Le pilote prend la parole, nous pouvons sortir nos téléphones du mode avion mais nous ne sommes pas encore à notre point de stationnement, car un appareil de Lufthansa occupe actuellement notre place, il va donc falloir attendre.
Au bout de près de 30 minutes, nous voilà à notre point de stationnement. Évidemment, quand on est au fond de la cabine, on ne descend pas dans les premiers… J’en profite alors pour parler avec le stewart qui m’explique qu’à JFK, comme à CDG, il n’y a que très peu de place de stationnement pour A380 et que du coup, comme toutes les compagnies veulent desservir New-York en A380, ça créé des bouchons assez importants. Je lui dis que je suis une grande fan de l’appareil mais que celui d’AirFrance est malheureusement équipé d’une cabine assez vieillissante, il est d’accord avec moi, surtout quand on fait la comparaison avec les nouvelles cabines de 777. Je lui dis que je suis montée sur l’A380 de Qatar pour aller en Australie et que franchement c’est le jour et la nuit. Il me dit qu’en 20 ans de métier, il n’a pour l’instant jamais pu mettre un  pied en Australie mais qu’il espère le faire un jour. On parle ainsi quelques minutes avant que ça soit enfin à mon tour de descendre.

Je me dirige vers l’immigration et là, un type interpelle tout le monde en demandant si c’est la première fois que nous entrons aux USA avec cet ESTA. Dans le cas où nous sommes déjà entrés aux USA avec l’ESTA que nous avons actuellement nous pouvons passer par une machine qui s’occupe de prendre empreinte et photo, la file est donc beaucoup plus rapide !

Je passe donc par l’APC, la machine en question, le homme est à côté de chaque machine pour aider les gens, cela va très très vite. La machine prend les empreintes et la photo, en 30s tout est bouclé. Évidemment je tombe sur une première borne où la photo n’arrive pas à se faire… bon tant pis, on en essaye une deuxième. Le gars qui m’accompagne est très agréable donc ça se fait dans la bonne humeur. Cette fois c’est bon ! Ça me sort un reçu tout pourri avec ma photo dessus et on me place alors dans une file (assez rapide) pour passer devant un agent de l’immigration qui ne sert plus qu’à tamponner les passeports (la photo et les empreintes étant déjà prises par la machine).

Je tombe devant une nana pas aimable pour un sous, qui me demande (comme à tout le monde) combien de temps je reste au Etats-Unis, je lui réponds alors « 6 jours », elle me demande si je voyage seule… je lui réponds que oui. Et là ce fut le drame… elle me demande « pourquoi ? » je lui réponds que c’est parce que je voulais tenter l’expérience du voyage seule et que c’est ma première fois. Elle me demande si je suis déjà venue à New-York (et là, elle ouvre mon passeport au niveau du tampon de l’ONU de New-York, que j’ai eu l’année dernière lol), je lui réponds que oui. Elle me demande alors ce que je vais faire cette fois, je lui dis simplement que je vais continuer à visiter. Elle me demande quels endroits je vais visiter… Ça commence un petit peu à m’agacer cet interrogatoire mais je reste agréable et je lui dis « Manhattan, Brooklyn… » elle bloque sur cette dernière réponse et me dit « Brooklyn ? Pourquoi Brooklyn ?? » l’air tout étonnée. Je lui dis alors que c’est parce qu’on a dit que c’était un chouette quartier à visiter…. Elle a pas l’air convaincue et me demande quel est mon métier en France. Je lui répond que je suis dans l’IT sans donner plus de détail. Cette fois c’est bon, elle me fait un tampon et me dit « Goodbye ». Okaaaay…. J’avoue que j’ai un peu flippée.

Je me dirige maintenant vers le carrousel à bagages, et là une énorme attente m’attend. J’attendrai ma valise pas moins de 45 minutes. Et je vous avoue que j’ai vraiment eu peur, je me voyais déjà toute seule, dans NYC, sans ma valise !
Finalement, je la vois ENFIN arriver, dans les bonnes dernières. Ouf, je respire de nouveau.

Le passage à la douane se fait très rapidement, je remets simplement le papier imprimé tout à l’heure puis me voilà parti pour prendre l’Airtrain.

La station est très bien fléchée, impossible de se perdre, en revanche une fois dans la station, pour trouver le bon sens ce n’est pas évident. Je ne suis pas la seule un peu confuse mais finalement nous sommes plusieurs à trouver le bon train pour nous rendre à Jamaica, la station qui assure la connexion avec le LIRR et le métro de New-York.

Le train est rapide mais il s’arrête à tous les terminaux (et il y en a un paquet, croyez-moi !).

Arrivée à Jamaica, il faut payer l’AirTrain à la sortie. Plein de bornes sont à notre disposition, le trajet coûte 5$ auquel il faut rajouter 1$ pour la carte.

A la sortie de l’Airtrain, deux choix s’offrent à moi, soit je prends le métro jusqu’à Penn Station (sur la 34th ; mon hôtel étant sur la 37th), soit je prends le train (LIRR) qui va également jusqu’à Penn Station, évidemment le train est beaucoup plus rapide (20 minutes contre 50 minutes) mais il est aussi plus cher. J’opte donc pour le train car je n’ai pas envie de perdre trop de temps, je suis fatiguée et j’ai vite envie d’arriver à mon hôtel.

J’achète donc mon billet de train et ma Metrocard illimitée pour la semaine, à la même borne. Mon train arrive 10 minutes après et me voilà en chemin.

Arrivée à Penn Station, je sors de la gare et j’ai 3 blocs de marche jusqu’à l’hôtel, c’est vraiment niquel ! En chemin j’ai une belle vue sur l’Empire State tout illuminé. Wahou, j’en reviens pas, j’y suis enfin !

J’arrive à mon hôtel où je suis très bien accueillie. L’hôtesse d’accueil me demande combien je veux de carte pour la chambre… Ça me fait tout bizarre de lui répondre que j’en veux qu’une seule, car il n’y a que moi quoi ! Elle me demande si c’est ma première fois à New-York, je lui réponds alors que non, ma seconde fois. Elle me répond « Welcome back ! » et me demande si je veux tout de même un plan de Manhattan, ce que j’accepte.

J’arrive dans ma chambre sur les coups de 19H30, je me pose 5 minutes puis j’attrape juste mon petit sac bandoulière et mon appareil photo et je vais faire un tour sur Times Square. J’étais un peu effrayée à ce moment-là, je me demandais si j’avais pris la bonne décision en partant seule. J’avais un peu peur de me retrouver seule en ville.

En sortant je me suis rapidement mise à l’aise et je me suis rendue compte clairement, que je ne risquais rien, que je me sentais très bien ici et que ce voyage allait juste être génial ! C’était comme une illumination, et je me suis dis que j’allais vraiment en profiter durant cette semaine intense !

04-11-2016-9Times Square est toujours aussi impressionnant et bruyant, je ne suis qu’à quelques blocs du quartier des théâtres et quelques pas de plus de Times Square, j’adore !! Je remonte toute l’avenue du quartier des Théâtre, c’est vraiment génial. Je me sens tellement bien ici !04-11-2016-804-11-2016-10J’en profite pour acheter de l’eau dans la rue, 1$ la petite bouteille, ça vaut le coup ! En plus je découvre que j’ai une fontaine à eau à mon étage dans l’hôtel.
Je voulais me prendre à manger mais finalement je n’ai pas faim ce soir, je rentre donc à l’hôtel pour enfin me coucher sur les coups de 21h30. Je suis claquée, je vais super bien dormir cette nuit ! J’espère ne pas me réveiller trop tôt demain matin pour pouvoir profiter de longues et belles journées à New-York ! Le voyage a commencé !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sécurité CAPTCHA : Merci de donner la réponse à cette opération avant de valider votre message :

*