Voyage en Corée du Sud [20.07.17 : Vol pour Jeju et mauvaise surprise]

Après une bonne nuit de sommeil, nous nous réveillons à 6H30 car nous devons prendre un vol à destination de Jeju à 9H50 à l’aéroport de Gimpo.
Nous nous préparons en vitesse et descendons prendre le petit-déjeuner. Nous récupérons nos valises et faisons le check out de l’hôtel. C’était un très bon hôtel, tout le monde était au top !

Nous prenons le métro en direction de Seoul Station puis le train pour Gimpo. Cette fois nous ne prenons pas le train Express car nous devons nous rendre à Gimpo et non à Incheon. Gimpo est beaucoup plus près que Incheon et 20 minutes suffisent à l’atteindre depuis Seoul Station.

Une fois à destination, rien de très compliqué, nous suivons la foule et arrivons au niveau des départs. On voit que la porte d’embarquement vient de s’afficher, il s’agit de la porte 3.
Nous arrivons devant le comptoir de Eastar Jet, compagnie low cost coréenne. Il n’y a pas trop de queue, c’est rapidement à nous. On nous prend nos passeports et nous indique que les sprays et batteries externes sont interdites en soute.. En soute ?? On fait répéter une bonne dizaine de fois. Oui oui, il faut prendre tous les sprays en cabine, donc déodorant, laque, etc… les liquides sont donc bien entendu autorisés en cabine. Bizarre n’est ce pas ? Après avoir complètement foutu en vrac nos valises, nous les posons enfin pour la pesée. La limite de 20kg est respectée pour tous les deux, pas de frais supplémentaire, c’est bon. L’hôtesse nous indique qu’elle doit partir faire des photocopies de nos passeports, elle nous dit de revenir d’ici 10 minutes au comptoir et qu’elle nous délivrera nos cartes d’embarquement. Étrange pratique. Nous sortons donc de la file, sans nos passeports et sans nos carte d’embarquement. Nous nous posons non loin de là, et 10 minutes pile après, nous nous pointons à nouveau devant le comptoir de la demoiselle de tout à l’heure. Elle nous demande d’attendre ici 2 minutes et s’en va, nos passeports à la main. Mais ? Elle revient avec nos passeports et nous édite les cartes d’embarquement. Je n’ai pas vu les autres passagers faire cela, est-ce parce que nous sommes étrangers ? Bref, on nous indique que nous embarquons dans 30 minutes en porte 3.

Nous allons passer le filtre de sécurité, mais avant cela, quelqu’un inspecte notre carte d’embarquement et notre passeport puis appose un gribouillis sur notre carte d’embarquement ou plutôt devrais-je dire sur notre ticket de caisse car on dirait juste un ticket de caisse. :D

La sécurité est une grosse blague à passer. Plus personne ne parle Anglais et on nous dit d’enlever les PC mais pas les tablettes des sacs. Les appareils photos ce n’est pas la peine. Il faut également mettre les spray à part. Un agent me demande ce que c’est… « deodorant ?? » oui oui, du déodorant… c’est pas parce que vous ne transpirez pas que personne ne transpire ! lol Ma batterie externe posera problème au fond de mon sac, ce qui nécessitera une fouille supplémentaire.

Nous partons finalement en direction de la porte en question qui est située à l’autre bout du terminal, bon il est pas immense encore ça va.

Notre embarquement est appelé, nous faisons la queue immense et pénétrons dans l’avion après un scan de nos ticket de caisse par l’agente au sol (qui est la même que celle qui a procédé à l’enregistrement).

Nous embarquons et écoutons les consignes en coréens, et en Anglais-plus-ou-moins, enfin je crois que c’était de l’Anglais mais je ne suis pas très très sûre encore. :D

Je suis assis en 3A, Julien en 3B et une personne occupe le troisième siège.
Le décollage a lieu très rapidement. Nous voilà au dessus de Séoul, au bout de quelques secondes mais la vue est bouchée par la couche de nuage omni-présente au dessus de la capitale.

L’altitude de croisière atteinte, une hôtesse propose au Coréen assis en 3C de prendre place au rang 2 car il est entièrement vide. Le reste de l’avion est presque plein.

Nous longeons la cote coréenne afin de nous rapprocher de l’île de Jeju.

Durant le vol qui dure 1H10, un verre d’eau nous sera gratuitement proposé. Bon point pour une compagnie low-cost.

Nous atterrissons à 11H00 à l’aéroport de Jeju, directement sur le tarmac.
Nous arrivons très vite dans l’aéroport et devant le tapis bagage. Plusieurs vols attendent leurs bagages sur le même tapis, nous allons attendre une quinzaine de minutes avant de voir nos valises arriver par la bouche géante de cette statue. Un bon point pour la déco! On est déjà dans l’ambiance !

Notre premier arrêt se fera au centre d’information de tourisme, au sein même de l’aéroport. Je pourrai y récupérer un plan des bus et de l’île. Je demande également confirmation de notre chemin pour rejoindre notre hôtel à Seogwipo.

Nous première étape consistera à prendre le bus 100 pour rejoindre le terminal de bus de Jeju Intercity. C’est ensuite le bus 782 que nous devons prendre pour rejoindre Seogwipo à son ancien terminal de bus. Ce trajet durera plus d’une heure. Le chauffeur n’était pas aimable du tout, ça l’a fait vraiment fait chier d’ouvrir la trappe du bus pour qu’on puisse mettre nos valises et encore plus chier qu’on lui demande de confirmer qu’il allait bien où on voulait. Il nous a ensuite montré assez violemment le validateur de carte T-money… oui deux secondes laisse-moi rentrer dans ton bus quand même… Bref, pas super pour une mise en bouche de Jeju.

Arrivés à l’ancien terminal de bus de Seogwipo, nous suivons Google Maps jusqu’à notre hôtel. Les trottoirs sont difficilement praticable avec nos valises, et sous cette chaleur ce n’est vraiment pas chose facile.

Arrivés devant l’hôtel Blue Glam, nous remarquons tout de suite quelque chose de très bizarre. En effet, des banderoles jaunes sont présentes partout et des policiers devant l’hôtel nous barrent la route. On nous demande ce qu’on fait là, on explique alors qu’on a une réservation, on nous dit que ce n’est pas possible… ils nous laissent finalement rentrer car ils ne parlent pas Anglais et ne nous comprennent donc pas. Je pense que le policier ne voulait pas trop se mouiller.

En entrant, on se dirige vers la réception, l’homme tente de nous expliquer que l’hôtel est fermé, que nous devons trouver un autre hôtel. On ne comprend rien.. Nous avons payé la réservation directement via hôtels.com… l’homme ne parle ni ne comprend l’Anglais, nous communiquons uniquement par le biais de Google Translate. Pratique quand même…

Nous appelons hotels.com, le type que nous avons au téléphone tente de joindre l’hôtel, mais comme personne ne parle Anglais il ne parvient pas à communiquer avec eux et doit donc se fier à notre seule parole. Il nous indique que le service relogement est fermé en France, il faut attendre environ 1H30 (9H du matin en France) que les bureaux ouvrent et il promet de nous rappeler aussitôt pour nous les passer. Cet appel nous coûtera 17€ vers la France…. pendant ce temps nous attendons dans le Glam Blue sur un canapé et voyons défiler les clients dans le même cas que le nous. Une cliente chinoise entame la discussion avec nous, personne ne semble trop comprendre la situation. Les gens tentent de réserver d’autres hôtels dans les parages sans trop comprendre la situation.

Grâce à Google traduction, en prenant en photo la bannière jaune, nous comprenons qu’il s’agit d’une fermeture par la police, à cause d’activités illégales de la part du gérant de l’établissement…
A 16H (soit 9H en France), hotels.com nous rappelle et nous passe le service relogement. Une très gentille dame va faire le nécessaire pour nous trouver un hôtel avec nos critères, non loin d’ici.
Elle nous rappelle 15 minutes après en nous proposant une chambre supérieure dans un hôtel à 200m de là, ainsi qu’un bon de 100€ à valoir sur hotels.com. En 45 minutes la situation est donc réglée. Très bonne expérience avec hotels.com qui a su gérer cette situation qui ne dépendait pas du tout de leur volonté !

Nous nous dirigeons vers notre nouvel hôtel, le Howard Johnson, très bel hôtel situé face au port avec vue sur mer dans la plupart de ses chambres.

Nous sommes très bien accueilli et prenons possession de notre chambre, enfin, à 17H.Après une bonne douche pour combattre cette humidité affreuse (il fait encore pire qu’à Séoul), nous décidons d’aller faire un tour dans le quartier. Pour regagner le centre il faut entreprendre la remontée d’une grande pente. Ça va pas être facile tous les jours, heureusement que les façades des commerces en face offrent un beau spectacle.

Nous nous rendons jusqu’à OlleMarket, un grand marché non loin de notre hôtel. Les célèbres mandarines de Jeju y sont vendues, ainsi que des produits frais (qui ne doivent plus être très frais vue la chaleur qu’il y fait !). Nous parcourons les branches principales du marchés et nous regagnons la rue.

Il n’y a pas grand-chose dans la ville de Seogwipo, quelques restaurants auxquels nous ne comprenons rien, et beaucoup de supérettes comme 7 Eleven. Nous flânons dans la rue mais nous ne trouvons nulle part ou manger ce soir.

Nous finissons par faire quelques courses au 7 Eleven, nous mangerons dans la chambre ce soir.

Nous terminons cette étrange journée dans la chambre avec en fond la TV Coréenne (aucune chaine étrangère n’est disponible).

Demain nous allons vraiment débuter les visites de Jeju !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sécurité CAPTCHA : Merci de donner la réponse à cette opération avant de valider votre message :

*