Voyage en Australie : [31.08.16 – 01.09.16 : Dernière journée à Sydney et trajet du retour]

Ce matin c’était un peu la grasse matinée. Levée à 8H45, nous nous préparons et finissons les valises. Après quelques pesées, ça à l’air de passer, ouf !
Nous partons prendre le petit-déjeuner, il est déjà 9H40, on nous rappelle qu’il ferme bientôt, ah ben oui c’est vrai, ça ferme à 10h, il ne faut pas trainer… vite vite des pancakes !!

Après s’être rassasiés une dernière fois nous partons demander à la réception de l’hôtel de nous réserver le shuttle pour l’aéroport. Jusque là nous avions toujours pris le train pour l’aller et le retour à l’aéroport de Sydney mais là avec toutes les valises on va pas galérer comme des idiots alors que le shuttle coûte le même prix que le train !

La dame de l’accueil s’occupe donc de la réservation et nous remet deux tickets contre 32$ (c’est 16$ par personne contre 15$ le train…). On réserve pour 17H, nous devrions arriver à l’aéroport un peu avant 18H, ça sera parfait.
Après ça nous partons à pied au Paddy’s Market, il est situé non loin de l’hôtel. En y allant nous passons devant le Théâtre du Capitole, c’est ici que se joue en ce moment Aladdin. Il y a des pubs partout dans la ville, difficile de passer au travers lol :D

Nous arrivons au Paddy’s Market, nous prenons l’escalator pour monter et arrivons en fait… dans un mall. What ? J’avais lu partout que le Paddy’s Market était un marché et que c’était même l’endroit idéal pour acheter ses derniers souvenirs à moitié prix. Mais où est-il ? Qu’à cela ne tienne, nous commençons par faire un tour du mall. Le Paddy’s étant situé en plein quartier chinois, il y a dans le mall, beaucoup de boutiques chinoises dont un hypermarché asiatique. On y entre par curiosité, on peut trouver énormément de choses importés et beaucoup de pays sont disponibles, pas seulement de Chine comme habituellement dans ce genre de grande surface mais également Japon, Corée, Inde, Vietnam, je pense que tout le monde pourra trouver son bonheur dans cette immense enseigne ! Nous achetons quelques curiosité, comme des KitKat goût Coconut, du Milka à la rose, etc… Et je profite de la pharmacie du magasin pour m’acheter du Tiger Balm, en général je l’achète à Paris Store pour une quinzaine d’euros. Ici c’est 7$ soit 5€, ça vaut le coup !

En faisant le tour du mall, je me rend compte qu’il y a un sous-sol, et dans l’ascenseur il est indiqué « Paddy’s Market ».. Aaaah enfin, je l’ai trouvé ! Donc il faut en fait descendre en sous-sol pour accéder au fameux marché.. Ben dis donc il fallait le savoir hein !

Le marché est effectivement rempli de boutiques de souvenirs chinoises, un bon plan pour acheter des souvenirs pour la famille à moindre prix. Il y a également un vrai marché avec fruits et légumes. Il y a vraiment beaucoup de monde, les allées ne sont pas très grandes, c’est difficile de s’arrêter à un stand pour regarder des babioles sans se faire pousse de tous les côtés. Je réussirai tout de même à acheter quelques cadeaux pour mes proches, les prix sont bien évidemment imbattables et facilement négociables, surtout si vous prenez plusieurs fois le même article.

Après ce petit tour nous décidons de repartir à l’hôtel, il n’est pas loin de midi, nous devons rendre la chambre et déposer nos valises à la consigne.
Nous remontons dans notre chambre une dernière fois, tout est bien rangé, on est prêts ! On descend à l’accueil pour demander où laisser nos valises, vu qu’il n’avait pas été possible de nous laisser la chambre jusqu’à 17h…

La fille de la réception nous dit de descendre au sous-sol et qu’il y a des étagères où laisser les valises. J’avais déjà repéré le panneau dans l’ascenseur mais il était aussi indiqué que ce n’était pas surveillé. Vu qu’on nous a refusé le départ tardif je m’attendais quand même à ce qu’on nous propose une solution sûre pour garder nos affaires, car il y a une seconde solution, dans la même salle au sous-sol, il y a également des casiers qui pour 7$ permettent de garder les valises en sécurité.

Hors de question de mettre 3*7$, en plus nos valises ne semblent même pas rentrer dans les casiers. Après en avoir touché un mot à la réception on nous indique que l’accès au sous-sol est surveillé et qu’il y a des caméras. Ok pour laisser nos valises en bas mais pas nos sacs de cabine (il y a mon PC dedans !). La dame nous propose alors de les garder à la réception, dans une salle à l’arrière du comptoir. On accepte la solution, de toute façon on n’a pas trop le choix, c’est mieux que de les laisser en bas.

On check-out l’hôtel et nous partons déjeuner. Le dernier jour, on essaye de revenir aux endroits qu’on a bien aimés en général, et cette journée n’échappera pas à la règle. Nous partons déjeuner une fois de plus au Westfield Mall, à St James. Le food court est immense et j’ai une petite idée pour le dessert… :p

C’est l’heure de la pause déjeuner des travailleurs car nous sommes entourés de gens en costard. C’est dingue comme ici, ils sont obligés de se montrer en costard chaque jour, franchement je les plains !

Après le déjeuner, nous montons juste d’un étage pour aller prendre le dessert chez Max Brenner, le « chocolate bar » que nous avions expérimenté le premier jour avant d’aller à la Sydney Tower Eye.

Je reprends un soufflé (qui est en fait un mi- cuit mais bon on ne leur dira pas, il est très bon, c’est l’essentiel !) alors que Julien reprend un milkshake. C’est bien bourratif mais tellement bon !

Après s’être bien calés le ventre, nous décidons de marcher un peu le long de Georges Street, nous y étions passé hier soir, mais la journée ça devrait être encore plus animé !

Nous repassons devant le City Hall qui n’est plus rose (snif !), et nous descendons la grande avenue. Les travaux du tram font toujours un boucan de dingue mais la rue est super agréable.

Nous arrivons devant le Queen Victoria Building, un mall très chic. C’est un très ancien bâtiment qui a été laissé dans sa forme originelle, même les ascenseurs sont vieux !

Parmi toutes les boutiques je me décide à aller voir la boutique UGG afin de voir s’il n’y aurait pas ma taille dans le modèle que je recherche depuis un bon moment. J’ai déjà des UGG commandées sur leur site Internet l’année dernière mais j’avais dû me cantonner au rayon homme car les femmes s’arrêtaient à 41. Je vais voir si je n’ai pas plus de chance ici ! Malheureusement non, même sanction !

Nous sortons du mall et continuons de déambuler le long de la rue, il y a beaucoup d’enseigne et pas mal de passant, c’est vraiment LA rue où faire son shopping à Sydney.
Je vois pas mal de boutique d’une autre marque de UGG (car en Australie, les UGG ne sont pas qu’une marque, c’est le modèle de botte qui porte ce nom, attention ça peut porter à confusion !),  elles sont bien moins chères que la marque UGG et il y a beaucoup de choix de modèle. Je tente pour voir s’ils n’ont pas ma taille chez les femmes et miracle, c’est le cas ! Je repars alors avec ma paire de botte fourrée sous le bras. J’ai de quoi tenir encore quelques hiver au chaud !

Je voulais me rendre au Chinese Garden of Friendship, mais arrivés devant on se rend compte qu’il est payant ! Payer 6$ pour voir une pagode c’est un peu abusé. Tant pis, demi-tour !

Nous repartons dans le World Square Mall où nous étions le premier soir (ça a l’air de remonter à il y a lonnnntemps !) et nous prenons un café pour dépenser nos derniers dollars.

Il va être l’heure de retourner à l’hôtel pour récupérer les valises et  attendre le shuttle. L’après-midi est passé très vite et pourtant nous n’avons pas fait grand chose. On avait hésité à faire l’aquarium à un moment donné en cas de mauvais temps mais vu la semaine que nous avons passé à Heron Island, il aurait été très difficile de voir maintenant des animaux enfermés dans des aquariums :(

Nous partons récupérer nos valises au sous-sol, je range mes derniers achats dedans et nous récupérons nos sacs de cabine à l’accueil. Nous attendons le shuttle dans le hall, il arrivera pile à l’heure.

Nous récupérerons pas mal de gens sur le chemin puis partirons enfin pour l’aéroport. Le chauffeur avait des bons goûts musicaux ! :D

Au bout de 45 minutes, nous atteignons enfin l’aéroport international, nous nous sommes également arrêté au domestic pour déposer des passagers juste avant, je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer à quel point il est loin de l’international, il nous a bien fallu 15 minutes en voiture pour rallier les deux !

Arrivés à l’aéroport, nous repérons rapidement le comptoir Qatar.
Pas mal de gens se bousculent déjà malgré que le comptoir n’est pas encore ouvert. On se place pour aller dans la file du dépose-bagage. Les gens nous regardent bizarrement… ils pensent sûrement qu’on veut les gruger… non non les gens je vous assure, nous sommes déjà enregistrés. Finalement une femme parmi la foule va venir nous demander si nous voulons juste accéder au dépose-bagage, ça va calmer les ardeurs des autres des autres.

Vers 18h30, Qatar nous ouvre les files. Celle du dépose-bagage se remplie presque autant que celle du check-in !

C’est rapidement notre tour, heureusement. On nous étiquette nos 3 valises sans trop poser de questions. Ouf ! Au total, 59kg de bagage donc c’est bon à nous deux :D J’avais peur qu’ils nous embêtent sur la répartition du poids mais pas du tout. On nous remet nos boarding pass pour les 2 vols et on nous souhaite une « lovely night ».. euh ouai tu parles !

Première chose, nous allons tâcher de trouver des toilettes car je veux me changer avant le vol, j’ai mon « pantalon d’avion » dans mon sac cabine, alors let’s go !

Une fois cette bonne chose de faite, nous passons la sécurité et nous nous retrouvons airside. Le type de la sécurité tentera quelques blagues avec mon conjoint mais bon, l’humour est assez douteux !
Le terminal est plutôt grand et lumineux mais il n’y a pas tant de boutique que ça.

J’ai quelques derniers dollars à dépenser alors j’achète un petit souvenir pour mon papa et nous nous dirigeons vers la porte d’embarquement, la porte 10.

Une fois la porte d’embarquement trouvé nous nous posons un petit moment.

Maintenant je dois trouver le bureau du « TRS », le Tourist Refund Scheme car je compte bien me faire rembourser les taxes sur la GoPro que j’ai acheté sur Heron Island. J’avais regardé la veille sur Internet, il était indiqué qu’il était préférable de pré-remplir une demande sur Internet et de venir avec le QR code qui était généré, pour accélérer les choses. Du coup, c’est ce que j’ai fait.

Je trouve au bout d’un certain moment le bureau en question, il y a une petite queue mais les demandes vont très vite j’ai l’impression.
Devant moi, deux japonaises tentent d’expliquer quelque chose au douanier. Elles ne parlent pas l’Anglais et ont beaucoup de mal à se faire comprendre. Par chance, je saisis ce qu’elles veulent dire, elles ont en fait trouver une carte bancaire par terre et viennent la remettre au policier. Je fais la traductrice et les japonaises me remercient 150 fois, haha trop sympa ces japs ^^
Quand vient mon tour je présente mon QR code, mon passeport, mon boarding pass, la facture de ma caméra et j’attends. Le douanier demande à voir l’article, j’avais prévu le coup, elle était dans ma poche. Un petit coup d’œil rapide et c’est bon ! Il tamponne ma facture et me donne un reçu. Il me demande ma carte bleue pour me créditer 69$. En moins de deux minutes c’est bouclé. Le bureau était un peu étrange à trouver mais il s’agissait en fait d’un bureau temporaire.

Je rejoins Julien en salle d’embarquement et nous attendons l’heure pour monter dans l’avion.
Peu avant 22h, l’embarquement est appelé, une grosse queue commence à se former, vous inquiétez pas les gens, tout le monde va rentrer dans l’avion… normalement ;) haha !

Après vérification des passeports, on nous déchire le boarding pass (Noooooonnnnn !! Snif ! :-() et nous entrons dans l’avion, un 777-300ER comme à l’aller.

Nous sommes au rang 22, en A et B. En C nous avons une voisine qui s’avèrera plutôt sympa pas mais très bavarde. A côté de nous, Cathay Pacific attend pour décoller également.
Sur nos sièges se trouve une petite trousse de confort, comme à l’aller. Elle contient du dentifrice, une petite brosse à dent, un masque, des boules quies et des chaussettes. Nous avons aussi une couverture et un oreiller confortable.

Le décollage se fait avec 10 petites minutes de retard mais sans explication. Au revoir Sydney et au revoir l’Australie !

Le menu nous est donné une petite heure après le décollage, et un premier plateau repas nous est proposé, au choix du poulet, du bœuf ou des pâtes.
Le service débute par les boissons, toujours les mêmes choix, ça sera un Sprite pour moi. Le plat sera très moyen, sans saveur.

Nous allons attendre une bonne demi-heure après mangé, avant d’enfin être débarrassés ! Ouf, nous pouvons ranger nos tablettes. Le vol passera d’ailleurs en mode nuit (une longue, très très longue nuit s’annonce !)

Nous poursuivons notre route et venons de quitter le continent Australien. Alors que tout le monde dort, j’aperçois au loin des flashs de lumière, un peu comme des éclairs. Nous sommes à ce moment juste au-dessus de Jakarta. Je pense que ce sont des orages, ça dure un certain temps, c’est très bizarre mais assez impressionnant de voir ça.

A de nombreuses reprises, le commandant de bord demandera s’il y a un médecin à bord de l’avion. Je ne sais pas s’ils ont finalement trouvé quelqu’un mais vu que nous n’avons pas atterri en urgence, je pense que oui :D

Je me contenterai de regarder des films, plus ou moins bien, pendant que la cabine est plongée dans le noir.

Toutes les 3H je me lèverai pour faire une petite marche, j’ai mes jambes qui ont doublées de volume !! Heureusement que je porte toujours mon pantalon très ample, quand je prends l’avion… Bon ce n’est pas très grave, ça ira mieux quand je descendrai, je n’ai pas mal ni rien, ça va aller !

Nous aurons, au milieu de la nuit, une petite collation avec sandwich chaud et petit gâteau. Un service de boisson aura également lieu. Pour moi, ça sera un peu de thé. Les PNC servent uniquement les passagers réveillées, donc nous ne sommes pas beaucoup à avoir eu cette collation.
Durant le vol, je décide de partir au fond de l’avion pour me récupérer un verre de jus d’orange. Un PNC engage la conversation avec moi et me dit qu’il ne reste plus que 6h de vol. Je rigole en lui disant que j’en ai encore 6 autres après ça ! Il me demande où je vais, quand je lui réponds « Paris » il me dit alors que le vol QR039 pour Paris sera bien plus agréable car l’avion sera plus sympa. Alors bien sûr je lui ai dit que j’étais au courant et que j’avais hâte d’être dans leur bel A380 !

Après avoir passé l’Inde, c’est l’heure du petit-déjeuner. Oui oui, déjà, nous sommes pourtant à 3H de l’atterrissage mais les lumières se rallument doucement pour que tout le monde se réveille.  Au choix : saucisses de poulet, pâtes ou gâteau au chocolat blanc et compote de fraise. C’est ce dernier choix que j’ai pris et le plateau était plutôt complet pour un petit-déjeuner. Un croissant chaud (mais avec une tête… pas une tête de croissant !) était disposé sur chaque plateau. Malheureusement le liquide contenu dans ma barquette s’est mis à couler dans le plateau… et franchement en voyant la tête de ce gâteau avec ces 3 pauvres fraises, je n’ai vraiment pas eu envie d’y toucher, je me suis contenté d’éponger mon plateau. Le poulet, pris par Julien ne sera pas meilleur apparemment.

Pendant une bonne heure nous allons attendre avec les tablettes dépliées et les plateaux… on attendra un bon moment avant de se faire débarrasser, encore une fois. Et pendant les deux heures qui suivent c’est un peu l’agitation dans la cabine. Je pense que les gens auraient préféré pouvoir dormir un petit peu plus longtemps. Moi je préfère largement quand la cabine est éclairée alors ouf, tout va pour le mieux !

Peu avant l’atterrissage sur Doha, les PNC passent récupérer les couvertures, maintenant on attend, mais dans le froid en plus !

Le ciel se découvre petit à petit et on aperçoit quelques lumières au-dessus du Qatar. Quelques minutes avant d’arriver, on peut remarquer l’énorme brume qui cache la skyline à 99%, c’est impressionnant ! On ne voit strictement rien !

A 05h00 nous atterrissons à Doha, nous sommes à l’heure. Au roulage nous croisons un A320 de Gulf Air avec une ravissante couleur dorée.

Dehors, je m’aperçois qu’une petite passerelle est en train d’être mise en place pour descendre de l’avion. WHAT ? On va descendre sur le tarmac ? Et bien oui…

En descendant c’est tout de suite saisissant, cette humidité qui frôle les 90%, cette brume, et cette chaleur à 5H du matin, c’est vraiment spécial… On avait visité Dubaï début Mars 2015 et franchement je ne m’y serai jamais aventuré plus tard dans l’année, et maintenant que j’ai vu ce qu’été un été dans le coin, je campe sur ma position !

Un bus nous attend à 1 mètre de la passerelle, ce dernier est climatisé et rempli de buée à cause du chaud et froid lorsque les portes se sont ouvertes. C’est dingue ! Descendre sur le tarmac, ça a au moins l’avantage de pouvoir dire au revoir à l’oiseau qui nous a accueilli pendant 14H :p

Après 2 minutes de bus, nous arrivons devant le terminal de l’aéroport de Doha. Notre vol n’est que dans 2H30, nous avons quand même le temps de faire un petit tour. Nous repassons bien évidemment un filtre de sécurité à la va-vite où il ne faut rien retirer, ni PC, ni tablettes, rien ! Ça va, on a l’habitude maintenant ! Nous nous retrouvons à nouveau dans le hall central de l’aéroport de Doha avec l’énorme lampe nounours.

Malgré l’heure très matinale, il y a beaucoup de monde qui transite dans cet aéroport, les boutiques sont d’ailleurs toutes ouvertes. On ne dirait vraiment pas qu’il est 5H du matin ! Un petit coup d’œil à notre prochain vol, il est à l’heure, tout est ok.

Nous partons faire quelques achats dans le duty-free, je craque pour un stylo « QatarAirways » en souvenir. C’est une super idée de vendre les goodies de la compagnie nationale dans l’aéroport ! :p
Je l’ai voulu ce stylo hein ! Parce que j’ai mis environ 20 minutes à pouvoir le régler à la caisse de la boutique, la bonne femme devant moi ne se souvenait plus de son code de carte bleue.. c’était long, jusqu’à ce qu’elle appelle son mari -_-

Nous avons tellement mal mangé dans l’avion que nous avons une petite faim maintenant. Direction Burger King dans le food court de l’aéroport pour nous restaurer. Et voilà comment je fais dorénavant partie des gens pouvant manger des frites à 6H du matin… Bon pour ma défense, il était midi en Australie à ce moment-là !

Le temps d’avaler 3 frites, c’est déjà l’heure de nous rendre en porte d’embarquement A5 pour notre vol pour Paris.
Comme lors de l’aller à notre embarquement pour Sydney, le contrôle des passeports se fait devant la porte d’embarquement, ce qui occasionne un sacré bouchon devant cette dernière.

Une fois rentrée en porte, je remarque tout de suite un bel A380 de QatarAirways par la fenêtre, mais… attends ! Ce n’est pas le nôtre ! Et effectivement il n’est pas relié à notre porte mais à celle d’à côté ! Sur la gauche se trouve notre appareil mais impossible de l’apercevoir depuis là.

Quelques minutes après, l’embarquement est appelé pour notre zone (nous sommes celle la plus à l’avant, zone 5).

C’est plutôt sympa car on doit suivre le panneau Business pour aller au rang 42. Le rang 42 est le troisième rang de l’appareil, les escaliers sont juste au milieu donc nous n’avons pas de rangée centrale à ce niveau-là de l’appareil. C’est vraiment plaisant, ça donne une impression d’intimité, j’avais eu le même sentiment sur ces mêmes places à bord de l’A380 d’AirFrance quand j’étais partie à New-York. Exceptionnellement je suis en 42B, j’ai laissé la place en A à mon conjoint qui n’était jamais monté dans un A380. Le hublot semble toujours aussi loin dans cet appareil mais alors là, depuis le siège B, encore plus !

Le commandant de bord prend la parole pour nous indiquer un léger retard en raison de bagages qui doivent être débarqués, car des passagers ne se sont pas présentés.
L’embarquement se clos et il n’y a toujours personne en 42C, yes yes yes ! Je me dis que je m’étalerai une fois le décollage passé.

Les consignes de sécurité sont diffusées sur les écrans, toujours les mêmes avec le FC Barca en guest, et c’est parti pour le décollage ! On survole rapidement Doha et le Qatar, il y a beaucoup de sable en dessous mais rien d’autre une fois le port de Doha passé.

Un A380 qui décolle c’est juste insensé, pas un bruit, pas une turbulence.. ! La consigne lumineuse s’éteint hyper rapidement… et en moins de deux secondes je me retrouve avec un type à côté de moi. Sa famille est sur une rangée du milieu un peu plus loin dans l’appareil et visiblement il a eu envie de leur laisser de la place et venir à côté de moi. Super ! Moi qui pensais pouvoir m’allonger un peu… raté ! Bon par contre il ne sera pas chiant et comprendra qu’il n’était pas le bienvenu, quand je lui ferai comprendre que je ne veux pas d’accoudoir en plein milieu de ma cuisse, il ne rechignera pas, et quand je demanderai à me lever toutes les 2H aussi, aucun problème. Encore heureux !

Passons à la découverte de l’appareil maintenant, l’A380 de QatarAirways est équipé d’un écran tactile de très bonne taille et d’excellente qualité. La télécommande est magnifique et ressemble plus à un smartphone qu’à une télécommande en fait. Très réactive, elle permet même d’ajouter un pointeur sur l’écran de l’IFE. Comme sur le 777 il y a une prise USB pour recharger les appareils électroniques. La sélection de film est semblable à celle de l’autre vol + quelques autres classiques.

Un gros plus sur ce vol : il y a le WiFi à bord et les 10 premières minutes sont gratuites, il faudra ensuite payer un forfait si on veut avoir internet pendant plus de temps ou même pendant tout le vol. Je teste les 10 minutes sur mon téléphone et poste sur photo sur les réseaux sociaux, c’est dingue ! J’adore ! Bon c’est vite terminé malheureusement !

Les paysages sont toujours aussi secs, que du sable à perte de vue !

Rapidement (45 minutes après le décollage), le petit-déjeuner est servi, le choix est annoncé oralement, pancakes ou saucisses. Je prends pancakes et… ça n’a absolument rien de pancakes, ni la tête, ni le goût… Les saucisses ne seront pas trop mal d’après Julien.

Encore une fois, l’attente avant d’être débarrassée est plutôt pénible… Le vol passera ensuite à mode nuit.. Non mais wait ! Nous partons à 7H30 du matin pour arriver à 13H à Paris et on nous fait dormir ? Non mais vous voulez complètement perdre les gens ou quoi ? Je trouve ça absolument absurde, on venait déjà de se taper 14H dans le noir complet et là rebelote ? Non mais franchement que quelqu’un m’explique…

Le vol passera cependant très rapidement pour moi, j’enchainerai les films et les balades dans l’avion.

Sur les coups de 12h30 on nous apporte une petite collation, il s’agit à nouveau d’une petite boite contenant un mini-sandwich chaud et d’un petit gâteau. C’est appréciable mais dans le noir de la cabine ce n’est franchement pas cool une fois de plus. Tout le monde est obligé d’allumer ses veilleuses.

Une heure avant le décollage, les gens commencent enfin à ouvrir les hublots et les lumières de l’appareil refont enfin leur apparition.. Et ben c‘était pas trop tôt, hein !

Les PNC passent récupérer les couvertures et le commandant de bord indique à tout le monde de se préparer pour la descente.

Nous atterrissons à Paris à l’heure prévue, il est 13h27 quand nous touchons terre. Nous croisons quelques beaux spécimens sur le tarmac du Terminal 1 comme ce magnifique A380 Thaï qui attend de partir pour Bangkok. 

Nous débarquons de l’avion au même endroit où nous avions embarqué il y a déjà plus de 3 semaines. Un contrôle des passeports est effectué dans le couloir vitré (vous vous souvenez celui où il faisait 40°C à l’aller, ben voilà, c’est encore et toujours lui !)

Direction le tapis à bagage ! Avec 3 valises à repérer, pas évident, ça demande toute une organisation XD !

Une fois les bagages récupérés nous partons en direction de la gare TGV de CDG. Nous devons pour cela passer au Terminal 2, après une bonne quinzaine de minutes de marche, et un ascenseur, nous arrivons enfin à bon port. Il fait extrêmement chaud, et en plus les bancs sont chauffés… Mais ils sont fou ou quoi, ma parole ?? XD

Cette attente m’a permis de rattraper pas mal de coups de fils avec mes proches et après quelques téléchargement de mes séries de la semaine, c’est déjà l’heure de nous rendre sur la voie, nous partons donc sur la voie 4.

Notre double-TGV arrive juste après, il y a déjà quelques personnes à bord. Évidemment, la seule voiture qui bouchonne à l’entrée est la nôtre.. petit frayeur car le message de départ du train sera diffusé alors que nous sommes encore un bon nombre sur le quai, attendant de pouvoir monter à bord. Allez allez allez, on se tasse, vous rangerez vos affaires après, les gens, réfléchissez un peu, bon sang !

Nous mettons un certain temps à trouver de la place pour toutes nos valises mais finalement c’est bon ! Direction Montpellier !

Et nous voilà parti pour 4H de train jusqu’à Montpellier, où nous arrivons à 21h25 après 15 minutes de retard. Arrivés à Montpellier, bien crevés, nous devons encore supporter des énièmes voyageurs qui crient et sautent dans tous les sens en arrivant sur le quai de la gare. Devant mon regard interrogateur (et peut-être aussi méchant, je ne sais plus, j’étais tellement fatiguée…), une des filles du groupe bruyant me dit « Bon ça va, on était en voyage en Australie pendant 3 semaines, j’ai pas vu mes proches pendant 3 semaines »… Euh ma chérie moi j’ai pas vu mes proches depuis 2 mois et demi pour les plus chanceux et j’ai pas pour autant toute ma famille qui m’attend en hurlant sur le quai de la gare.

Bref, la joie de revenir en France. Ce merveilleux souvenir marque la fin de notre voyage en Australie. Maintenant il va falloir se re-caler sur les heures Françaises, parce que là il est 22H et j’ai faim et surtout, je suis ultra perturbée à cause de toutes ces heures dans le noir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sécurité CAPTCHA : Merci de donner la réponse à cette opération avant de valider votre message :

*