Voyage en Corée du Sud [01.08.17 : Matinée à la DMZ & soirée à Gangnam ]

Ce matin, le réveil à 6H et très pénible. Nous nous préparons en vitesse et filons prendre le petit-déjeuner, cette fois-ci, à l’ouverture à 6H30. Évidemment, il n’y a personne, c’est le pied ! Nous partons ensuite prendre le métro pour 3 stations. Nous avions rendez-vous à 7H45 devant Camp Kim qui correspond au bâtiment de l’USO.

Nous arrivons à 7H30 sans aucun problème pour trouver les locaux, les indications étaient parfaites.
On nous demande nos passeports et on nous fait signer un papier qui indique qu’ils déclinent toutes responsabilité si jamais il se passe quelque chose sur place.. très rassurant !

Nous sommes invités à attendre sur un large canapé où une télévision diffuse des dessins-animés en Anglais. D’autres personnes arrivent pour le même tour que nous, une famille avec un enfant, puis une jeune fille seule.

A 7H55 on nous demande de bien vouloir monter dans le mini-bus que nous avions aperçu devant l’entrée de l’agence.

Nous ne sommes que 8 à bord, c’est chouette ! En même temps, le mini-bus ne compte que 14 places donc même s’ils sont complet, c’est une agence qui n’organise pas de tour avec 50 personnes, et ça c’est un très très bon point.

Notre guide monte à son tour à bord, elle se présente et nous donne son prénom en Anglais et en Coréen. Elle parle un très bon Anglais mais avec un gros accent Coréen ce qui ne la rend pas toujours très compréhensible. Elle nous remet des tours de cou que nous devrons garder visible en permanence le long de la journée.

Elle nous rappelle plusieurs fois que nous allons dans une zone militaire et que par conséquent il ne faut pas s’inquiéter de voir des militaires partout, qu’il faut bien respecter les consignes qui seront donnés et que nous allons pouvoir nous approcher au maximum de la Corée du Nord.

Vu que nous ne sommes que 8, la guide nous demande de nous présenter chacun notre tour dans le micro portatif qu’elle a à la main. Nous prenons donc la parole pour dire quelques mots. Il y a tout d’abord un couple d’Australien, une famille Irlandaise avec une enfant de 8 ans, une Américaine toute seule, et nous deux.

Le trajet dure 1H jusqu’à la DMZ alors la guide nous indique qu’elle va nous laisser nous reposer durant le trajet mais nous donnera parfois quelques explications.

Quelques minutes après être sortis du centre-ville de Séoul, elle reprend la parole pour nous expliquer que le building que nous voyons sur notre gauche est en fait le « 63 Building », un immeuble de 63 étages, il est très beau car il est tout brillant, on le repère de très loin. Il a été pendant un an le plus haut gratte-ciel d’Asie.

Le trajet se poursuit jusqu’au nord du pays, la guide reprend la parole pour nous indiquer que nous allons voir la Corée du Nord par la fenêtre gauche du bus. Cela ne durera que 2 minutes car après un virage, nous verrons à nouveau la Corée du Sud.

A un moment, nous voyons effectivement de hautes clôtures barbelées et des postes de contrôle en hauteur. Une rivière sépare les deux pays, c’est impressionnant de se dire que de l’autre côté se trouve la Corée du Nord. Nous voyons de grandes plaines qui s’étendent, c’est dingue de se trouver si proche.

Nous avançons toujours en direction de la DMZ, les panneaux routiers commencent même à afficher « Pyongyang », comme si cette route était vraiment empruntée !

Nous arrivons au poste contrôle de la DMZ, la guide du bus doit descendre pour donner nos noms et numéros de passeports aux miliaires. Nous avons l’autorisation de passer, nous pénétrons enfin dans la DMZ ! Le reste de la route est barrée, c’est le seul chemin, impossible d’aller plus loin au nord.

Nous arrivons sur l’Unification Bridge, le pont qui permet d’atteindre la DMZ. La première visite se fera à l’Observatoire Dora. C’est un observatoire qui nous permet de voir la Corée du Nord à travers des jumelles. Leur utilisation coûte 500W, donc vraiment pas cher, et c’est quand même unique comme possibilité.

Nous arrivons sur les lieux, il n’y a que notre groupe pour l’instant et il y a toujours pas mal de militaires qui patrouillent dans le coin. Le bus nous laisse à quelques mètres de l’observatoire. Notre guide nous explique alors ce que nous pouvons voir grâce à une carte. Après les montagnes, nous apercevrons la première ville de Corée du Nord, nous pouvons également voir une statue, un drapeau nord-coréen et sud-coréen de part et d’autres de la DMZ.

Nous avons le champ libre ici pendant 15 minutes, largement le temps d’observer ce pays si fermé, et d’aller à la boutique souvenir non loin.

Je fais quelques photos du coin, la guide me confirme qu’il n’y a pas de problème pour prendre des photos des alentours.
Une ligne de photo est présente à 5 mètres des jumelles d’observation, aucun intérêt, à part prendre en photo des jumelles, ce n’est pas la Corée du Nord que je vais photographier si je me place là.
Pendant que je regarde par les jumelles, je tente discrètement quelques photos et un militaire vient taper la causette avec notre guide.. Oops… Finalement il ne dira rien à notre ami l’irlandais qui mitraillera la Corée du Nord sans discrétion, aucune. Vu que le militaire s’en fou, je fais pareil. Voilà comment j’ai pu faire mes premières photos des montagnes de Corée du Nord !
Le militaire passe même nous voir et nous demande si nous allons bien… lol il est sympa lui ! ^^

Les jumelles à 500W ne durent pas très longtemps alors je mets des pièces à 3 reprises pour qu’on en profite tous les deux.
Nous allons ensuite faire une pause toilettes et nous enchainons avec la boutique souvenirs. Oui oui, vous avez bien entendu, il y a une boutique souvenir. Je le savais pour avoir déjà lu des résumés sur ces tours, mais il faut avouer que ça surprend toujours, le business qu’ils ont réussi à monter là-dessus est quand même un poil malsain. J’achète tout de même un petit médaillon et un porte-clés en souvenir.

C’est déjà l’heure de repartir, nous remontons dans le bus et prenons la direction du deuxième lieu : Le troisième tunnel d’infiltration. Il s’agit du troisième tunnel creusé par la Corée du Nord dans le but d’envahir Séoul.

En arrivant sur les lieux nous voyons le logo « DMZ » ainsi que la statue ronde avec les deux Corées qui se réunifient. Un beau message de paix mais pas sûre que cela suffise.

Nous pouvons ensuite accéder au musée qui retrace l’histoire des tunnels d’infiltrations. Le musée n’est pas bien grand, à peine 2 pièces, mais il est tout de même intéressant. En revanche cette fois, nous ne sommes plus seuls sur les lieux, il y a une dizaine d’autre bus sur le parking et nous croisons un autre groupe qui visite le Musée, et quand je dis « groupe » je parle d’une trentaine de personnes…

Le but du musée est de faire patienter pendant la diffusion d’un petit film de 8 minutes. Quand c’est enfin notre tour, nous entrons dans la salle, ainsi qu’une cinquantaine d’autres personnes, pour visionner le film.
La vidéo retrace l’histoire des tunnels et des conséquences de la séparation. Il délivre également un gros message de propagande en disant que beaucoup d’animaux vivent heureux dans la DMZ et qu’un jour les deux Corées seront réunies… Euuuh ok :D

A la sortie, notre guide nous confie que ces messages de propagande sont un peu exagérées pour elle. On se dirige ensuite vers l’entrée du tunnel située dans le bâtiment juste en face.

La guide nous explique bien que nous avons le choix de le faire ou non en fonction de notre condition physique. En effet, la descente est assez physique et la remontée encore plus. De plus il faut se courber pour pouvoir tenir dans le tunnel donc claustrophobes, s’abstenir ! Moi c’est surtout mon dos qui m’inquiète, je ne me sens pas de faire la visite alors je préfère ne pas la faire. Julien décide aussi de se ménager alors que les autres membres de notre groupe y vont. Là encore, il y a énormément de groupes de différents organismes présents sur place. Les photos étant interdites dans le tunnel, difficile de savoir à quoi s’attendre comme conditions.

La guide nous dit que nous avons 25 minutes de libre, nous pouvons retourner au musée, aller à la boutique souvenir, dehors ou peu importe. Le rendez-vous est fixé au bus pour tout le monde et nous laissons nos copains du jour pénétrer dans le tunnel.

Pour m’occuper je vais tout d’abord faire quelques photos dehors, puis nous partons voir la boutique de souvenir. Elle est semblable à l’autre, il n’y a rien de bien intéressant.
Devant le bâtiment se trouvent deux poupées nord et sud coréennes qui représentent des soldats. Je m’attarde dans le coin avant finalement de rejoindre la « salle d’attente » près du tunnel.

J’aperçois l’Américaine de notre groupe remonter, elle me fait signe qu’elle n’en peut plus. Elle est dégoulinante de sueur. Bon je suis contente de ne pas l’avoir fait ! Nous discutons un peu, elle me raconte qu’elle est étudiante en droit et qu’elle devait faire un stage cet été, elle a choisi de le faire à l’US Military de Corée donc elle est là depuis 2 mois. Nous rigolons un peu sur certaines spécificités de la Corée comme le fait que je n’ai toujours pas trouvé de cartes postales digne de ce nom, et elle non plus, c’est dingue ça ! Nous parlons un peu de nos voyages respectifs et puis c’est déjà l’heure de remonter dans le bus, tout le monde arrive petit à petit.

Le prochain arrêt prévu est à la Dorasan Station, la gare prévue pour accueillir des trains circulant entre Séoul et Pyongyang.

Nous arrivons devant, au bout de 5 minutes de route à peine. La guide nous explique qu’un seul train circule dans cette gare mais ne passe pas la frontière comme espéré à l’époque. Tout a été laissé d’origine, la douane a un bâtiment dédié et les panneaux affichent la direction de Pyongyang partout, quel gâchis !

Pour pouvoir descendre sur la plateforme il faut régler 1000W au guichet de la gare. La guide nous avait prévenu avant, mais si nous ne voulons pas descendre sur la plateforme nous ne sommes pas obligés.

En payant 1000W on nous remet un ticket d’entrée ainsi qu’une petite carte avec l’emplacement pour deux tampons. Il est en effet possible de rapporter un petit tampon souvenir indiquant « Seoul Pyongyang Dorasan Station ». Il est formellement déconseillé de l’apposer sur son passeport (tu m’étonnes, avoir marqué « Pyongyang » sur ton passeport ça doit pas aider !). Une fois cela fait, nous pouvons passer un portique pour accéder aux quais.

Arrivés sur la plateforme, la guide nous explique où est le Nord et où est le Sud. Une locomotive est exposée au bout du quai, dedans se trouvent les explications sur des projets farfelus comme celui de faire un train « Eurasie » et ainsi rallier l’Europe en train XD.

Dans les différentes expositions, on constate quand même que le conflit des deux Corées ne cesse d’être comparé à celui de l’Allemagne et du Mur de Berlin.
Après être restés 20 minutes dans la gare, c’est l’heure de remonter dans le bus. Nous n’allons pas bien loin car nous restons dans la gare mais nous allons de l’autre côté. On nous fait entrer dans un building pour aller manger dans une cafétéria. Un bibimbap coûte 7000W, comme la guide nous l’avait expliqué ce matin en partant. Si nous ne voulons pas en manger nous pouvions amener notre pique-nique ou acheter de quoi grignoter dans toutes les boutiques souvenirs qu’on a visité (qui faisaient toutes, supérettes).
Nous mangeons tous ensemble à la même table (Bibimbap ou pas !), on en profite pour discuter un peu, c’est une très bonne ambiance. Dommage que la guide n’ait pas mangé avec nous. A côté de nous, les militaires mangent également leur portion.

Après cette pause déjeuner, nous reprenons le bus. Nous allons maintenant sortir de la DMZ pour aller visiter le Imjingak Park, situé dans le premier village juste après la DMZ.

Pour sortir de la DMZ, il faut emprunter la même route qui est bouchée vers le Nord, et repasser par les postes de contrôle. Notre guide gère tout ça rapidement et nous revoilà sur des routes (un peu) plus accueillantes.

Arrivés sur les lieux, il fait une chaleur de plomb. La guide nous montre les différents monuments en mémoire à ceux restés en Corée du Nord et les familles déchirées. Il y a beaucoup de monuments commémoratifs un peu partout. Un peu plus loin, nous voyons également un grand monument qui fait de la musique. La guide nous explique que c’était la musique d’une émission de télévision qui permettait aux gens s’étant perdu de vue en fuyant la Corée du Nord de se retrouver. Pas très gai, quoi !

Un peu plus loin, un grillage entier est rempli de rubans laissés par les familles. Tout au bout, c’est une grande locomotive que nous pouvons observer. Au milieu, se trouve un pont, avec toujours les mêmes poupées nord et sud coréennes qui le gardent.

Derrière nous se trouve un grand bâtiment avec café, boutiques souvenirs, boutiques diverses et aussi un observatoire sur le toit. Donc au final, ce n’est pas vraiment un parc ! :D

Il y a beaucoup de monde ici, et la chaleur n’aide pas. Après les explications de la guide, nous refaisons un tour par nous-même avant de nous réfugier dans la boutique souvenir. J’y trouverais de jolies petites choses sur la Corée en général, pas que sur la DMZ. Nous décidons de ne pas monter à l’observatoire, je crois que personne dans notre groupe ne l’a fait. La guide nous précise que ce n’est pas aussi bien que l’observatoire Dora où nous étions ce matin, et puis il y a foule, ici !

Cette dernière visite terminée, tout le monde est de retour dans le bus à l’heure prévue et nous voilà parti pour le trajet du retour.

La guide ne commentera pas le trajet du retour mais je repère bien lorsque nous passons sur l’autoroute face à la Corée du Nord.

Nous arrivons à Séoul à 14H15, remercions la guide et disons au revoir à nos compagnons de la journée.

Nous reprenons un bus pour rentrer à l’hôtel afin de s’y poser une petite heure.

Après un repos bien mérité, nous prenons le métro jusqu’à Sinsa afin de visiter la célèbre rue Garosu-gil, une rue commerçante bordée d’arbre ginkgo. La rue est magnifique et remplie de grandes marques internationales.

Nous nous arrêtons dans un petit café planqué en étage afin de boire une boisson fraiche, nous avons la vue sur une boutique « Artbox » qui semble vendre beaucoup de conneries !

En descendant, je m’arrête à cette même boutique par curiosité, et effectivement, je pense que les coréens doivent dépenser beaucoup d’argent dans ce genre de boutique (un peu à la « Daiso »). Il y en a partout, et elles ne vendent que des gadgets !

A part ça, beaucoup de boutiques sont ouvertes sur la rue, ça donne une super ambiance !

Après avoir fait toute la rue, nous prenons le bus pour rejoindre Gangnam afin de faire un tour sur la grande avenue, à nouveau. Je voulais vraiment voir cette rue la nuit !

Nous nous arrêtons prendre un café dans un des multiples Starbucks de la rue, il n’est que 18H, j’ai encore largement le temps avant qu’il ne fasse nuit.

Nous prenons alors la décision de partir manger au COEX, le grand mall où nous étions hier et de revenir plus tard dans la soirée. Il n’y a que 3 arrêts de métro, et nous arrivons directement dans le grand bâtiment du COEX. On fera le tour du mall 2 ou 3 fois en tout, il est assez grand et les boutiques et restaurants très variés.

En plus de l’aquarium et du cinéma, une des principales attractions du mall est sa bibliothèque géante. On peut passer en plein milieu, les livres s’étalent sur différents étages, c’est impressionnant.

Nous trouvons finalement où diner, dans le food court du mall. Au moins, tout le monde est content et va prendre à manger où il veut.
Après le diner nous reprenons le métro pour rejoindre Gangnam que nous retrouvons tout illuminé entre temps.

Nous longeons toute l’avenue, toutes ces enseignes illuminées c’est vraiment très beau. C’est 1000 fois plus beau la nuit que le jour. Il y a énormément de gens des deux côtés de l’avenue.

Gangnam fait partie des rues où les arrêts de bus sont présents au milieu de la route, très facile de les repérer donc, encore faut-il pouvoir traverser la route ! Et ici, traverser relève littéralement du défi ! Finalement, nous reprenons le bus en direction de l’hôtel sur les coups de 22H après une bonne balade sur l’avenue.

Le bus est très pratique à Séoul, il y en a vraiment partout et ils permettent d’éviter les connexions car toutes les liaisons possibles et inimaginables existent. Il y a 400 lignes de bus donc les possibilités sont énormes !

On se couche sur les coups de 23H bien fatigués de cette journée. Demain, dernière journée de visites :(

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sécurité CAPTCHA : Merci de donner la réponse à cette opération avant de valider votre message :

*