Voyage en Australie : [28.08.16 : Au revoir Heron Island, retour à Sydney !]

Ce matin, réveil à 7H15, nous nous dépêchons de nous préparer et de fermer les valises. Ouf tout rentre et tout est sec, ouf !

Nous déposons les valises sur le pas de la porte avec les étiquettes de notre chambre en évidence. Elles vont être récupérées à 8H pour être mises sur le bateau.
Nous partons ensuite en direction de la réception pour régler notre séjour. Outch la note qui fait mal au porte-feuille… Pour les nuits, les repas, les plongées, à nous deux la note s’élève à plus de 4000$. Bon, c’était ce qu’on avait compté donc c’est bon, let’s go.
Quand tout est réglé on nous remet nos boarding pass pour embarquer sur le bateau. On nous donne rendez-vous à 9H30 sur le ponton.

Il est maintenant temps d’aller prendre notre dernier petit-déjeuner sur l’île. Nous revoyons certaines de nos connaissance sur l’île, on constate que nous ne sommes pas les seuls à avoir acheté le tee shirt « DIVE HERON ISLAND », hahaha.
Nous partons en direction du port pour faire quelques dernières photos avant de quitter l’eau cristalline d’Heron Island.


Un dernier grand bol d’air et il est temps d’embarquer sur le bateau. Une partie du staff est présente pour les aux-revoir, c’est triiiiiiste :-( En attendant l’accès à bord, nous patientons au bout du ponton, nous sommes un trentaine de personne à partir aujourd’hui.

Nous montons à bord du bateau et nous installons à l’intérieur sur le pont inférieur. Le bateau démarre ça y est, nous quittons le paradis pour de bon ! Les quelques membres d’équipages nous saluent sur le quai durant un bon moment et vient le moment où nous ne pouvons plus les voir.

Après avoir diffusé les consignes de sécurité, les écrans télé situés partout autour de la cabine diffusent un film… un Disney d’après le logo, tiens tiens, ça va être intéressant ! :p
Je pars faire quelques photos à l’extérieur du bateau pour avoir une vue globale sur Heron Island qui devient de plus en plus petit.

Quand je reviens, le film commence tout juste…. Et c’est Finding Nemo ! Hahaha, effectivement c’est bien trouvé ! Ça colle parfaitement !

J’ai donc regardé Némo en somnolant un peu (Mercalm merci…) et j’ai constaté que la voix de Crush, la tortue, est en fait doublé par un Australien dans la version originale, du coup ça fait vraiment typique haha !

Le trajet se passera calmement, et moins d’une heure avant d’arriver à Gladstone, tous les téléphones vont se mettre à sonner.. OUAIIII ON A DU RÉSEAU !! (la geek en moi est heureuse à nouveau !).
Sur le chemin, nous allons recroiser les deux autres îles qui sont plus près de la côte et Némo va retrouver son Papa. Ouf tout va bien. Nous avons même le droit au reportage bonus du DVD avec les coulisses du film, comment ils ont trouvé leur inspiration en Australie sur la Grande Barrière, etc

Nous accostons à Gladstone peu après midi. Nous descendons du bateau et attendons nos valises. Pendant ce temps nous discutons avec Cyril, un type que nous avions rencontré pendant les plongées. Nous discutons de la suite de notre périple, qui commence malheureusement trop vite à arriver à sa fin.
Les valises sont débarquées du bateau et nous devons juste les remettre dans le bus. Tout y est, nous montons à notre tour dans le bus.

Nous retrouvons les même têtes avec lesquelles nous étions dans le bus lors de l’aller, quelle coïncidence ! lol
Le bus démarre en direction de l’aéroport de Gladstone. Nous y sommes pas plus de 10 minutes après. Il est 12H30 quand nous arrivons à l’aéroport, nous récupérons toutes nos valises et partons nous poser devant le guichet de Virgin.

Nous avons 4H d’attente ici à l’aéroport de Gladstone.. notre vol n’est qu’à 16H. Il n’y a rien à faire dans cet aéroport mais il y a le WiFi et la 3G, c’est suffisant à mon bonheur après une semaine (presque) coupée du monde.

Lorsque le guichet Virgin ouvre, nous allons déposer nos bagages et partons passer le filtre (l’unique filtre de Gladstone plutôt). Ils doivent vraiment se faire chier car ils ont ouvert le sac de Julien car il ne reconnaissait pas son détendeur à l’intérieur… pour une ville qui donne sur la mer et qui est le seul point d’accès vers une île où la plongée est l’atout principal, c’est fâcheux quand même ! Après ce détail vite réglé, l’embarquement de notre vol est appelé.

Nous embarquons une fois de plus par le sol vers notre ATR 72 âgé de 5 ans. Bon ça va, il n’est pas décrépi non plus mais je ne suis pas très fan des petits appareils.


Nous sommes, comme à l’aller, rang 2 sur les places A et C. L’avion sera presque plein.
Noue décollons rapidement de Gladstone en direction de Brisbane. Le vol sera moins agité qu’à l’aller, moins de turbulence, quasiment aucun nuage à l’horizon, ce qui nous donne de beaux paysages par le hublot.

Au bout d’une vingtaine de minute de vol, c’est l’heure du service. Les hôtesses s’affairent pour distribuer la collation, une barre de chocolat Cadburry et les boissons. Je prends un jus d’orange, il sera servi dans une capsule fermée.

Les hôtesses viendront débarrasser très rapidement après le service, et la descente sur Brisbane se fera rapidement sentir.

Entre Gladstone est Brisbane, nous traverserons des paysages très différents les uns des autres (des immenses forêts, le désert, et enfin l’atterrissage au-dessus de la mer à Brisbane). Wahou !

Nous survolons également un immense pont, il semblait interminable.

Nous arrivons à Brisbane avec 10 minutes d’avance. Nous débarquons sur le tarmac et suivons le personnel pour regagner l’aéroport.
Évidemment, comme à chaque fois que nous arrivions sur le tarmac, il faut se farcir des escaliers pour regagner l’aéroport.. chouette -_-

Il est à peine 17H15, nous avons 2 bonnes heures à tuer avant d’embarquer dans notre vol pour Sydney. Nous cherchons sur le panneau la porte d’embarquement mais pas moyen de trouver le vol… après 5 minutes comme des idiots, on se rend compte qu’il s’agit du panneau des arrivées et non des départs.. mais quelle idée de mettre les arrivées… T_T

Bon finalement notre vol est annoncé en porte 40A c’est-à-dire pas très loin d’ici. Vu que notre vol est en avance, nous pourrions presque prendre celui d’avant pour Sydney, quand je pars demander en porte d’embarquement on me répond gentiment que si nos valises sont déjà dans le système c’est compliqué… Bon je m’en doutais, tant pis.

D’ailleurs en parlant de nos valises, je les vois passer sur une remorque à bagage sur le tarmac. LOL ! Au moins je sais qu’elles sont arrivées jusque là, c’est déjà pas mal !

A Brisbane, comme dans beaucoup d’aéroport dans le pays, une aile entière de l’aéroport est dédiée au vol Virgin et l’autre côté est dédié au vol Qantas.
Nous nous posons en porte d’embarquement un instant avant de partir à l’autre bout de l’aéroport pour rejoindre un grand food-court. Nous passons près des portes dédiées à Virgin, puis Qantas, puis arrivons enfin tout au fond du terminal.

Après un petit repas, nous repartons à notre salle d’embarquement qui a maintenant changé, nous partons de la porte 39 dorénavant.
L’embarquement est appelé pour notre vol à 19H30 précise. Et cette fois je vois bel et bien une passerelle se mettre en place sur notre appareil. Malheureusement nous sommes rang 18, et les rangs supérieurs à 15 doivent emprunter un autre chemin pour se rendre à l’appareil… un chemin qui passe sur le tarmac. Mais c’est pas vrai !! XD

En passant sur le tarmac j’en profite pour photographier notre oiseau, un 737-800. Un employé me rappelle à l’ordre en me disant qu’il ne faut pas utiliser d’appareils électroniques sur le tarmac… Je fais semblant de ne pas comprendre, il insiste et puis finalement me laisse filer moi et mon appareil mitrailleur ! En 3 semaines c’est la seule personne a m’avoir embêté avec ça franchement…

Nous sommes en A et B de la rangée 18, une dame viendra se mettre en C, le vol sera d’ailleurs plein cette fois.

Nous décollons à 20H, donc à l’heure, et c’est parti pour Sydney. Il s’agit de notre dernier vol local… retour à la case départ.

Le commandant de bord nous étale tout son plan de vol, il indique que la skyline de Brisbane sera visible sur la gauche de l’appareil et à l’atterrissage ça sera celle de Sydney. Du côté gauche ? YEAH, pour une fois que je suis du bon côté ! :D

J’attends impatiemment pendant plusieurs minutes après le décollage mais toujours rien… à part 2/3 lumières très loin, rien qui ressemble à la skyline de Brisbane.

Julien teste l’application IFE de Virgin, quelques films et documentaires sont disponibles ainsi que des magazines et de la musique, simplement en se connectant au WiFi de l’avion et en lançant l’application téléchargé préalablement (comme chez Qantas donc !). Il y a aussi une géovision mise en jour en temps réel, c’est super sympa !

Le service débute moins de 30 minutes après le décollage, les hôtesses distribuent des paquets de bretzel puis le service des boissons arrive. Je me contente d’eau plate. Julien demande de l’eau gazeuse mais ils n’en ont pas.. curieux ça…

Le vol se passe sans encombre, de toute façon il fait nuit noire alors il ne se passe strictement rien d’intéressant par le hublot.
Avant l’approche sur Sydney, les PNC débarrassent les verres et divers déchets.

Des lumières commencent à apparaitre par le hublot, beaucoup de lumière, puis ce qui semble être un pont et un truc tout blanc… HAN !! Je réalise ! C’est l’Opéra et le Harbour Bridge que je viens de voir. Trop cool ! Effectivement l’approche sur Sydney est vraiment super sympa, surtout de nuit.

Nous nous posons et attendons un bon moment avant de pouvoir descendre par la même porte arrière que lors de l’embarquement.
Une fois dans l’aéroport de Sydney nous partons récupérer nos valises. Elles arrivent très rapidement ce qui est un bon point.

Il est 21H30 et nous voulions prendre le shuttle « Redy2Go » jusqu’à notre hôtel, on avait regardé les prix depuis l’aéroport de Brisbane tout à l’heure mais souhaitions réserver sur place en cas de retard de notre vol. Vu que je me trimballe deux valises en plus de mon sac, prendre le train pour arriver dans une station où il n’y a pas d’ascenseur ça va pas être possible hein..

Nous trouvons un guichet « Redy2Go » mais personne n’est là… on essaye à un autre et le type nous dit que la dernière navette est déjà partie et que c’était la dernière.. What ???
Sur le site il est bien marqué qu’il y a des départ toutes les demi-heure jusqu’à 23H30, il est 21H30 et la dernière navette est déjà partie… On est furax ! Heureusement qu’on n’avait pas réservé, sinon on aurait payé et aucune navette n’aurait été là pour nous attendre…

A contre cœur, on se dirige vers le train. Le temps de recharger nos cartes Opal et nous voilà dans le train en direction de « Museum » une fois de plus.

Ce n’est pas le même hôtel qu’au début du séjour mais c’est dans le même quartier.
Nous arrivons à notre station une quinzaine de minute après, et là c’est la bonne galère avec toutes les valises à monter dans les escaliers. Comme je l’avais souligné au début du séjour, c’est une des seules stations de Sydney où il n’y a pas d’accès handicapé, donc pas d’ascenseur, uniquement un seul escalator qui était de plus, fermé ce soir, et qui mène dans une rue beaucoup plus loin.

Après avoir réussi à monter toutes les valises, nous partons en direction de notre hôtel, l’hôtel Ibis World Square.
L’accueil est plutôt chaleureux (surtout lorsque tu es membre AccorHotel), on nous remet les accès WiFi (gratuit), un plan de Sydney, un peu de documentation et quelques informations génériques. On demande s’il est possible de faire un départ tardif mercredi, notre vol n’étant qu’à 21H50. On nous répond que ce n’est pas certain, donc on nous conseille de laisser nos affaires à la bagagerie. Mouai… pas convaincu.

Un des deux ascenseurs de l’hôtel est en panne, donc il y a parfois beaucoup d’attente vu qu’il y a 17 étages. Nous sommes au 14ième, c’est super, on devrait avoir une belle vue !

La fille de l’accueil ne nous a même pas parlé du petit-déjeuner, heureusement que les horaires et le lieu sont inscrits dans l’ascenseur !
Arrivés au 14ième étage nous découvrons notre chambre, elle est très petite, difficile de caser nos 3 valises et nos affaires mais bon, on va faire avec.
La vue quant à elle, n’a rien de grandiose, on est en plein en face d’un immeuble encore plus grand que nous.

Nous rangeons difficilement nos affaires et nous préparons pour aller dormir.
Après un petit coup de fil à ma maman (ça faisait une semaine alors on a plein de truc à se dire, même si on correspondait par mail), c’est l’heure de dormir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sécurité CAPTCHA : Merci de donner la réponse à cette opération avant de valider votre message :

*