Voyage en solo en Suède [07.11.22 : Visite de Kiruna & Aurores Boréales]

Ce matin, réveil à 5H15, et je peux vous dire que ça pique !
Je referme ma valise et effectue mon check-out très rapidement, puis me voici partie en direction du terminal 5. Il me faut moins de 5 minutes pour le rejoindre.

Il est à peine 5H40 et me voici déjà devant le panneau d’affichage. Ici ce sont les drop off autonomes qui règnent en maitre. Je n’aime vraiment pas ça mais il ne semble pas y avoir le choix de toute manière.

Le drop off de SAS est situé tout au bout du terminal mais il est possible de retirer sa carte d’embarquement depuis n’importe quelle borne.

Je récupère donc mon boarding pass et mon étiquette bagage puis laisse partir ma valise de façon autonome.

Je pars maintenant passer le PIF, il y a deux accès, l’un avec une estimation de 2 minutes et l’autre avec une estimation de 1 minute. Je pense que ça devrait aller dans tous les cas !

J’ai également accès à la file Fast track grâce à mon billet SAS Plus, mais je n’en ai pas vraiment l’utilité.

Arrivée au filtre, c’est un peu le bazar. Les caisses mettent du temps à revenir, les passagers les plus pressés prennent eux même celles des autres files pour me passer devant, bref, un joyeux bordel ! Je resterai un bon moment à attendre que la file se fluidifie pour enfin récupérer des caisses, car oui, j’ai tellement d’affaires qu’il m’en faut 4 !

Évidemment, mon sac sera tagué pour un test d’explosif, ce qui me prendra encore un peu plus de temps.

Il est 6H15, me voici finalement airside. Après une rapide traversée du duty free, deux chemins s’ouvrent à moi pour rejoindre les portes d’embarquements. La vol partira de la porte 7 et ça tombe bien, c’est aussi de ce côté-là qu’est le lounge SAS.

Grâce mon billet en SAS Plus j’ai également accès au lounge, ce qui n’est pas pour me déplaire car ces vols auraient fait tâche par rapport au reste de mon routing ! haha

Je rejoins donc ce salon qui est accessible par escalier ou ascenseur. Il est plutôt grand mais offre malheureusement une vue sur le terminal.

Le buffet est assez bien achalandé, on trouve largement de quoi prendre le petit-déjeuner en cette heure matinale.

Il y a un peu de monde mais la taille du salon permet relativement facilement de trouver un endroit tranquille. On y trouve des phoneroom afin de faire du bruit pour téléphoner en toute impunité, je trouve ça vraiment ingénieux.

Je resterai ici au calme jusqu’à 7H30 où il sera l’heure pour moi de prendre le chemin de ma porte d’embarquement.

A 7H55 précises, l’embarquement est automatiquement ouvert. Une hôtesse nous indique cependant qu’en raison d’un problème avec le catering, il ne sera pas possible d’avoir la prestation de petit-déjeuner habituelle. Mince alors, moi qui voulais la découvrir, ça ne sera pas pour aujourd’hui !

Le boarding est lancé pour les passagers prioritaires alors que certains autres essayent tout de même de passer mais se retrouvent bloqués devant le portique, ce qui met un peu de pagaille. En revanche, l’embarquement sera très fluide et calme. Un plaisir !

Les annonces sont effectuées en Suédois puis en Anglais par l’équipage qui nous accueille à bord. Le vol est prévu complet aujourd’hui, aussi, il est demandé à tous de s’installer rapidement.

Je prends place en 2F et découvre ce joli petit A320 néo. Les tablettes sont minuscules et dans la paperasse, on peut y trouver le menu, la notice de connexion pour le Wifi et la plaquette de sécurité. Je note qu’il y a aussi un port USB facilement accessible.

Le WiFi est gratuit pour les membres Gold et pour les passagers voyageant en SAS Plus, en voilà une bonne chose.

Le commandant de bord nous souhaite la bienvenue à 8H15 alors que le boarding se poursuit. Le plein de carburant étant en cours, il est demandé de garder les ceintures ouvertes. Le temps de vol ne sera que de 1H25, ce qui est assez rapide pour rejoindre Kiruna, 1H40 était initialement prévues.

Le catering (pas entier du coup) est chargé, les soutes à bagages fermées, nous voilà prêts au départ à 8H25.
Les démonstrations de sécurité sont effectuées puis nous partons au repoussage 5 minutes après.

Le décollage aura lieu à 8H32 sous une belle lumière de début de journée. On nous explique à nouveau que le catering SAS Plus n’a pas été monté à bord et qu’il y aura donc un service différent.

Le WiFi est opérationnel dès notre arrivée en altitude de croisière et il fonctionne plutôt bien.

A 9H05 c’est l’heure de la collation. Vu que nous n’avons pas le droit à la prestation de petit-déjeuner, nous pouvons choisir ce que nous voulons sur le chariot. Les boissons classiques (eau, café, thé) sont gratuites pour tous, mais pour les snacks ils sont normalement payants (BoB) pour la classe Economy. Je choisirai un verre d’eau et une barre chocolatée que je consommerai plus tard.

Le PNC passe régulièrement avec du café à disposition (ben oui, nous sommes en Scandinavie, il ne faut pas l’oublier !).

Dehors c’est une mer de nuage que j’aperçois par le hublot.
Durant le vol, je reçois un message de Light of Vikings qui me demande de confirmer où je serai ce soir pour le pick up, et me demande également si je suis végétarienne. Les choses se concrétisent !

Il est 9H50 quand nous entamons la descente au-dessus des paysages enchanteurs de la Laponie. Les arbres ont pris une teinte blanchâtre même si la neige semble encore assez peu présente en ce moment. On nous annonce une arrivée dans 10 minutes avec une température de -2°C. Plutôt chaud pour un mois de Novembre à une latitude de 68° Nord !

Le WiFi est déconnecté, signe que nous n’allons pas tarder à arriver. Nous nous posons effectivement à 10H précises.

Comme toujours dans ces petits aéroports, la descente a lieu directement depuis un escalier à même le tarmac.

L’aéroport ressemble à un petit hangar rouge au milieu de la nature Laponne. Il y a une petite couche de neige au sol mais un grand ciel bleu, de quoi me mettre de bonne humeur !

Le tapis bagage est tout petit bien évidemment, nous entendons même les manutentionnaires s’affairer pour nous délivrer nos valises rapidement. Notre avion s’apprête à repartir pour Stockholm, l’embarquement est déjà en train d’être appelé, on peut dire qu’il ne traine pas !

Il y a une file dingue au guichet de location de voitures ! Je me doute bien que la plupart des visiteurs optent pour ce moyen de transport pour se promener plus facilement en Laponie.

Une fois ma valise récupérée je me dirige vers le bus, situé juste devant l’aéroport. Le billet s’achète directement au chauffeur (en carte) et coûte 110 SEK (10€). Ce bus est calé sur les horaires de départ et d’arrivée des vols, il y en a donc 1 à 2 par jour, en fonction des rotations SAS vers et depuis Stockholm.

Le trajet dure une quinzaine de minutes, en passant par la nouvelle ville de Kiruna, puis en arrivant dans le centre de l’ancienne. Mon hébergement est situé à 10 minutes à pied du terminus, je pensais que cela allait être une petite balade agréable mais autant vous dire que trainer 20kg dans la neige, en pente, c’est tout sauf une partie de plaisir ! Je mettrai bien 20 minutes à arriver à destination.

Il n’est que 11H30, je redoute que ma chambre ne soit pas prête, mais à ma grande surprise elle l’est ! On me remet alors ma carte et on m’indique la cabine numéro 92. Le petit-déjeuner est compris et il est demandé de s’inscrire sur un créneau horaire, je me contente de donner l’heure pour celui de demain.

Je découvre ma petite cabine rouge, où je vais passer mes 6 prochaines nuits. Il y a le chauffage a fond, il fait une chaleur de dingue alors je m’empresse de le descendre un peu.

Je prends le temps de m’installer et d’attraper mes affaires pour m’habiller un peu plus. Il fait -3°C au thermomètre mais le ressenti descend à -6°C.

Il n’est pas encore midi que me revoilà déjà repartie dans le froid. Je voulais visiter le centre de Kiruna aujourd’hui et en profiter pour faire des photos avec ce joli ciel bleu que j’ai peur de ne pas revoir de la semaine.

De jolies maisonnettes bordent les rues jusque dans le centre, mais je ne verrai pas beaucoup d’âmes qui vivent dans les alentours.

Je prendrai le temps de flâner et découvrir les différentes ruelles, avant de rejoindre l’église de Kiruna située un peu à l’écart.

En chemin, je profite de la lumière que m’offre l’Arctique et qui ne cesse de me donner envie d’appuyer sur mon appareil photo à chaque pas.
Le centre-ville est complètement désert, la plupart des boutiques sont fermées et renvoient dans le nouveau centre-ville, à 3km de là.

Un peu plus loin, l’église semble toute seule sur sa grande place, avec le joli beffroi qui l’accompagne.

Je prends le temps d’en faire le tour et d’aller visiter l’intérieur, bien pratique pour se réchauffer un peu.

Elle est vraiment très belle avec son grand orgue. Je vous conseille sa visite si vous êtes de passage à Kiruna, il n’y a de toute façon, pas vraiment d’autres bâtiments à visiter dans le coin haha !

Une chose que j’avais déjà constaté à Tromso, lors de mon vovage en Laponie Norvégienne, c’est que toutes les voitures s’arrêtent plusieurs mètres avant le passage piéton si elles voient quelqu’un au bord de la route. Question de sécurité vis-à-vis des distances de freinage sur la neige je suppose, mais c’est vraiment très agréable.

Je poursuis ma balade dans le centre et tombe sur de drôles de constructions.

Kiruna est une ville connue pour sa mine de fer, je peux d’ailleurs en apercevoir un bout de l’autre côté de la route, ce qui m’emmène à aller me balader dans Järnvägsparken, qui semble être un parc.

D’ici on a une vue sur la mine qui fume au loin et sur les montagnes environnantes. La ville est calme, il n’y a personne dans les alentours, j’ai l’impression d’avoir tout ça rien que pour moi toute seule, alors que la luminosité diminue déjà.

Après cette belle balade je m’installe dans un petit restaurant pour déjeuner, et oui même s’il est presque 14H je n’ai pas pu manger avant, et maintenant que je tombe enfin devant un restaurant c’est le moment où jamais. Je serai seule alors je me permets de manger sur place. Ça fait du bien de se réchauffer enfin.

Après avoir avalé un repas rapide, je repars avec comme mission, trouver un supermarché pour faire quelques courses, de quoi boire et quelques snacks pour la semaine.

En chemin je ne peux m’empêcher de découvrir ce magnifique ciel rosé, et comme si c’était fait exprès, une jolie maison rose trône au milieu de la rue. Je n’aurai pas pu demander mieux !

Après avoir un peu galéré à le trouver, j’arrive finalement devant ICA. Il s’agit d’une petite épicerie où on trouve facilement tout le nécessaire.

Je repars avec mon petit sac sous le bras en direction du Camp Ripan. Il est 15H30, le soleil s’est définitivement couché et les couleurs qu’offrent le ciel sont toujours aussi belles.

Je regagne ma cabine pour me poser un peu avant la grande expédition de ce soir. Le ciel semble se couvrir un peu sur Kiruna mais les prédictions indiquent que ça devrait se dégager dans la soirée.

Je me réchauffe un peu et prends une bonne douche avant de m’habiller en conséquence pour passer la nuit dehors. J’ai déjà fait par le passé, l’erreur de me doucher en rentrant de chasse et c’était la pire chose au monde ! Petit conseil, douchez vous avant, ça vous évitera de passer la nuit en claquant des dents !

Il est 17H, l’heure de préparer mes affaires, appareils photos, trépieds, lampe frontale, me voilà prête pour partir en direction de la réception où j’ai rendez-vous à 17H30.

Nous sommes 4 à partir de Camp Ripan pour l’excursion de ce soir. Dimitri arrive aux commandes d’un petit van aux couleurs de Lights of Vikings et nous fait monter à bord. Deux personnes se trouvent déjà à l’arrière, nous sommes complets et prenons donc la route vers Abisko.
Le camp de base de Lights of Vikings se trouve là-bas, nous allons donc dans un premier temps rejoindre le reste du groupe sur place.

Durant le chemin, étant à l’avant, je discute un peu avec notre guide et photographe des prévisions du jour. Il y a de très bonnes prévisions ce soir, l’activité est élevée, le plus dur va être de trouver un endroit où le ciel est vraiment dégagé.

Il nous raconte comment va se dérouler la soirée, nous allons tout d’abord nous rendre jusqu’à Abisko pour retrouver la deuxième équipe avec le deuxième guide. Nous allons ensuite partager un repas autour du feu, puis partir en chasse.

Durant l’heure de route, nous ne cesserons de scruter le ciel à la recherche d’un début d’activité. Nous serons rapidement rassurés en voyant quelques prémices qui démarrent ici et là.

Arrivés à Abisko, l’activité s’est déjà intensifiée, ce sont les premières aurores que voient le reste du groupe, même si elles sont très faibles, tout le monde est déjà aux anges !
Nous entrons dans une petite cahute, et nous asseyons autour du feu pour partager un repas avec nos guides Filipe et Dimitri, tout en surveillant les petites aurores qui jaillissent à travers les nuages. Nous savourons une bonne boisson au Ligonberry et échangeons avec plaisir tous ensemble.

Notre dîner vite avalé, Onur, le responsable, vient nous chercher car ça commence à s’agiter dans le ciel, il faut partir, et vite.

Nous plions donc bagage et partons nous installer sur un parking d’un enclos de rennes non loin de là. Les deux vans se suivent dans les hauteurs d’Abisko, une petite activité débute, il y a une chance qu’elle démarre plus fort mais il faut attendre pour en être certains.

Finalement, l’activité restera faible, nous avons donc le temps d’aller équiper tout le monde avant de partir chasser. Retour chez Lights of Vikings où des combinaisons sont à disposition de ceux qui ont froid. Pour ma part, je suis assez habillée.

Nous repartons ensuite avec Filipe et Dimitri pour la vraie chasse. Le plan est de se rapprocher un peu de Kiruna car les nuages semblent se déplacer en direction d’Abisko maintenant.

Nous roulons une trentaine de minutes et nous arrêtons au bord de la route E10 pour observer le début d’une aurore naissante aux alentours du lac Vuoskojaure. Cette fois, elle est visible à l’œil nue et semble se déplacer avec pas mal d’intensité. Nous aurons le droit à un joli spectacle durant une dizaine de minutes, avec même du violet ! L’aurore se lance un coup devant, un coup derrière nous, il y en a de partout !

Nous en profitons pour nous faire prendre en photo par Felipe et Dimitri qui immortalisent pour nous ce beau moment.
Pendant ce temps je m’en donne à cœur joie pour photographier cette aurore, ma première en Suède.

Il est 21H, et l’aurore commence à se calme, il est l’heure pour nous de reprendre la route.
Nous nous arrêtons à présent au bord du lac Tornetrask, un très bel endroit qui nous permettra d’avoir un joli arrière-plan au cas où une aurore se montre.

Le lieu est connu par nos guides car on y trouve une petite cabane libre d’accès qui nous permettra de nous abriter.
Ils y ont amené du bois pour nous réchauffer et aussi du bon jus de Lingonberry et des chocolats à grignoter.
Nous échangeons tous sur le début de cette chasse et nous retrouvons peu après autour du lac où la lune brille tellement fort qu’on se croirait en plein jour. Le lac est gelé mais pour des questions de sécurité nous n’irons pas dessus, bien entendu.

En attendant que l’aurore se montre, nous faisons de belles photos aux abords du lac, avec la neige la lumière est décuplée, c’est très troublant. Entre histoires d’horreurs locales et questionnements sur l’avenir de Kiruna, nous avons des échanges très sympas et très instructifs tous ensemble.

Nous entendons le train de la mine qui tourne H24 et qui fait un sacré bruit au milieu de cet environnement silencieux. Et oui, ici il n’y a pas de pause, Kiruna vit vraiment au rythme de sa mine, même si elle détruit la ville petit à petit. Le sujet du déménagement revient bien entendu sur le tapis car c’est un chantier qui ne sera pas terminé avant 2035.

Nous entrecoupons notre attente avec quelques moments au chaud dans la cabane, et tout à coup, l’activité semble se relancer, malheureusement elle ne redeviendra jamais aussi forte que tout à l’heure.

Nous avons tout de même de jolies lancées qui semblent comme tomber du ciel, du vert, du violet, nous en prenons plein les yeux durant un court instant.

Je fais connaissance avec une voyageuse solo qui vient de Hong Kong et nous échangeons nos Instagram pour pouvoir nous envoyer nos photos plus tard.

Il est minuit, nous commençons à plier nos affaires pour rejoindre le van. Dimitri nous ramène à Kiruna, non sans continuer à guetter les alentours au cas où l’activité se relance maintenant. Durant le chemin, je lui explique que je n’ai pas de chasse prévu avec Lights of Viking demain pour des questions de disponibilités de leur côté, mais que je n’exclus pas de réserver au dernier moment avec un autre organisme. Je lui demande alors son avis sur les prévisions pour demain. Il me dit qu’elles sont plutôt mauvaises, le temps va être couvert jusqu’à après Abisko, ce qui n’inaugure rien de bon.
Il me confie qu’avant, il travaillait ailleurs et la plupart des organismes qui proposent des chasses ont une durée de tour limitée, ils ne vont pas loin et si les aurores ne s’y trouvent pas, tant pis. En revanche avec Lights of Vikings, il n’y a pas vraiment d’heure de fin, et les guides sont vraiment prêts à tout pour trouver l’endroit le plus favorable, c’est vraiment ce qui les démarque de leurs concurrents. C’est exactement la raison pour laquelle j’ai opté pour cette compagnie et je comprends vite que je ne trouverai pas ça ailleurs. Il me conseille néanmoins, si jamais par miracle le temps se découvre sur Kiruna, d’aller voir à l’entrée du parc Midnattssolstigen, juste à côté de ma cabine, je devrai être parfaitement dans le noir. A suivre donc !

Il est 1H lorsque nous sommes déposés devant le Camp Ripan.
En rejoignant ma cabine, je tombe sur un animal assez étrange, on aurait dit un gros lièvre blanc comme neige, il partira à toute vitesse de l’autre côté des bois.

Je mettrai un temps fou à me réchauffer, mais c’est enfin l’heure de retrouver mon lit après cette très longue journée.