Voyage en Islande [30.10.18 : Kerio, Seljalandsfoss, Skogafoss & Vik]

Ce matin, nous nous levons une fois de plus à 8H. Il fait presque entièrement noir dehors. Il n’a pas reneigé cette nuit donc la neige datant d’hier est déjà en train de fondre devant notre chalet.

Nous finissons nos valises et embarquons le tout dans la voiture avant de filer déposer nos clés à la réception. Avant d’aller plus loin, nous nous arrêtons faire notre premier plein en Islande. Il faut bien faire boire le 4×4 ! Ici les stations essences se résument à 2 pompes et une petite boutique.

Nous prenons maintenant la route en direction du volcan Kerio. Ou Kerid au choix.. la lettre situé entre o et d n’est pas facilement faisable sur nos claviers. Le cratère de cet ancien volcan renferme un lac de couleur bleu azur. Nous passons par une route pleine de gravillons pour rejoindre la route principale, heureusement que nous avons un 4×4 ! Par contre, j’espère qu’il ne faut pas le rendre propre parce qu’alors là, c’est pas gagné ! haha

Nous arrivons 25 minutes plus tard devant le volcan. En sortant du parking, c’est la patinoire assurée. Je chausse mes crampons et heureusement cette fois, je ne finirai pas sur les fesses. Surprise en arrivant devant le site, l’entrée est payante; 400ISK par personne. Nous faisons face à un grand drapeau Islandais hissé en haut d’un mât, avec le vent nous le voyons totalement déployé. Après avoir pris quelques photos nous approchons du volcan. Le site se visite très rapidement, nous arrivons immédiatement devant le grand cratère. Il est possible d’en faire le tour mais nous n’en voyons pas trop l’intérêt. La neige recouvre tout le site, seul un trou d’eau bleu apparait. L’été cela doit être encore plus beau ! Un escalier est aussi accessible et permet de descendre dans le lac. Bon en plein hiver clairement, on va éviter hein !

Notre visite ne durera pas longtemps, nous repartons en voiture en direction du sud et de la route 1 pour rejoindre notre prochaine visite, la cascade de Seljalandsfoss.

En chemin, nous avons de merveilleuses vues sur les grands glaciers et sur les forêts de sapins. Nous nous arrêtons pour faire quelques vues de drone depuis un arrêt sur la route principale avant de reprendre notre chemin.

Nous rejoignons sans mal la route 1, route célèbre qui fait le tour de toute l’île. A partir de là, la neige se fera de plus en plus rare, ici tout est verdoyant, il n’a pas du tout dû neiger dans le coin les jours précédents. Nous traversons la ville de Selfoss et roulons encore un peu avant d’enfin arriver devant le site de Seljalandsfoss. Le parking est immense et déjà bondé de monde. Il faut régler 700ISK à une borne pour avoir le droit de stationner ici. Un petit papier de contrôle (comme avec les parcmètres dans la rue) doit être présent sur le pare prise.

Le parking est à quelques mètres à peine de la cascade qui est vraiment immense. Il est possible d’en faire le tour et de passer derrière pour ceux qui veulent se retrouver un peu mouillés. Attention aussi aux mauvaises chutes, c’est très glissant sur les rochers, nous voyons beaucoup de gens galérer. Nous ne tenterons pas le diable et resterons sagement devant la cascade pour la mitrailler dans tous les sens. Il est difficile de faire une pose longue avec tous les gens qui passent.

Nous longeons le chemin qui mènent vers plusieurs autres petites cascades, jusqu’à atteindre Gljufrafoss. Cette deuxième grosse cascade est moins accessible que la première. Pour la voir, certains n’hésitent pas à faire un peu d’escalade ou a carrément descendre dans la grotte où se niche la cascade. Il fait un temps génial ce matin, pas trop froid, et surtout un ciel qui se dégage de plus en plus.

Nous revenons sur nos pas et repassons devant la grande Seljalandsfoss. En nous prenant en photo, je fais remarquer à Julien qu’il y a vraiment des moustiques partout. Une guide française qui passait par là me reprend en me signalant que ce ne sont pas des moustiques mais des moucherons. Des moucherons qui piquent.. et oui ça existe ! Nous voilà fort bien heureux de l’apprendre !

A l’entrée du parking se trouvent toilettes, tables de pique nique et points de restauration rapide pour ceux qui désirent manger là. Nous mangerons dans la voiture ce midi car nous avons encore pas mal de provisions à terminer.

Il est 13H quand nous reprenons la route 1. En chemin, on fini par s’arrêter face à une petite cascade au milieu de nul part. Heureusement, la route est bordée de petits parkings improvisés permettant aux touristes comme nous, de s’arrêter pour profiter du spectacle.

Plus on avance, plus on voit d’énormes glaciers. Il y en a un qu’on commence d’ailleurs à apercevoir, et il s’agit de Eyjafjallajökull, le célèbre et unique volcan qui avait mis une pagaille monstre dans l’espace aérien Européen lors de son éruption en 2010.

Je guettais lorsque nous allions pouvoir l’apercevoir et le voilà enfin ! Nous tentons de nous arrêter devant le musée dédié mais nous sommes encore assez loin du glacier. Nous essayons de prendre une route très gravillonneuse pour tenter de le voir d’un peu plus près. Par hasard, nous arrivons en bas d’un sentier de randonnée et avons une très belle vue dégagée sur cette énorme montagne. Heureusement que nous avons un 4×4 car sinon ce chemin aurait été un peu compliqué d’accès !

Notre dernier arrêt de la journée était prévu à la cascade Skogafoss. Il n’est même pas encore 15H, nous avons largement le temps d’en profiter avant le coucher du soleil. Nous nous garons au plus proche de la cascade et la rejoignons à pieds en moins de deux minutes. Cette cascade est tout aussi haute que ses consœurs et est surtout très large. Elle éclabousse énormément, si on veut rester au sec, il vaut mieux ne pas trop s’en approcher. Le chemin plein de graviers permet d’arriver relativement près de l’eau tandis que plus de 400 marches permettent d’accéder au dessus de la cascade pour voir la source. Au lieu d’y monter, nous décidons d’envoyer le drone et récupérons de vraiment très belles images.

A côté de la cascade se trouve un champs rempli de moutons, c’est très drôle car ils sont vraiment petits, de loin, on dirait des boules noires et blanches posées sur la falaise. Haha !

Nous terminons peu de temps après, notre visite de ce site. Il est l’heure pour nous de rejoindre notre hôtel. En chemin je me rend compte qu’il est encore tôt, nous pourrions pousser jusqu’à Vik mais seulement, notre hôtel ne permet d’effectuer le check in que jusqu’à 20H. Nous décidons de passer récupérer nos clés à l’hôtel et filer ensuite vers Vik pour la soirée. De toute façon, pour manger ce soir, il n’y a pas le choix, il faudra se rendre en ville.

Nous arrivons finalement à notre hôtel, le Volcano Hotel, situé à 15 minutes de la ville de Vik, peu avant 16H. La personne qui nous reçoit est vraiment très aimable. Elle nous guide à notre chambre (parmi les 5 ou 6 que propose l’établissement), et nous montre la salle de petit déjeuner qui est aussi une salle de repos, nous pouvons y prendre café, thé, petits gâteaux, quand nous le souhaitons.

Elle nous demande ensuite si nous sommes intéressés par les aurores boréales car il y a un indice de 4 ce soir, c’est plutôt bien. On lui dit que oui bien sûr, on attend que ça depuis 3 jours ! Elle nous indique alors qu’une trainée blanche précède les aurores boréales, elle passe ensuite au vert clair puis au vert vif. Elle nous dit que nous pouvons rester dans la salle de repos si nous souhaitons guetter par la fenêtre, elle peut également nous apporter des tasses à emporter dehors si nous voulons sortir pour observer le ciel. C’est vraiment trop sympa !

Nous récupérons la clé de notre chambre, qui s’avère immense, et repartons aussitôt en voiture. Nous prenons la direction de Vik pour aller voir la plage de sable noir de Reynisfajara. C’était à la base une étape de demain matin, mais ce qui est fait aujourd’hui ne sera pas à faire demain !

Nous arrivons à la plage 15 minutes plus tard. Là encore, un énorme parking rempli de touristes nous attend. Beaucoup de légendes entourent cette plage, et il faut dire qu’elle est remplie de jolies curiosités. Tout d’abord, le sable et les roches noires qui bordent la rive et se mêlent aux vagues déchainées de l’Océan Atlantique. Ensuite, les immenses falaises avec des piliers de roches basaltiques érodées ressemblant étrangement à celle vues en Corée du Sud. Au milieu de l’Océan trônent des grandes statues de pierre, comme si elle avaient été déposées là par l’Homme. La légende raconte que ces roches sont des trolls qui furent pris dans la lumière du soleil et changés en pierre alors qu’ils essayaient de faire échouer des navires sur le rivage. Beaucoup de panneaux indiquent l’interdiction de se baigner, et pour cause, les vagues sont vraiment énormes. Beaucoup de personnes finissent noyées rien qu’en s’approchant du bord.

  Malgré le monde présent sur la plage, nous faisons tout de même décoller le drone et arrivons à avoir de jolies prises de vues vers les rochers qui se remplissent de plus en plus de brouillard. Entre les vagues qui font un fracas extraordinaire, le vent et le brouillard qui arrivent, cette plage a vraiment des impressions de fin du monde.

Une cavité s’est formée dans la roche et je pense que lorsque la marée est haute, la renfoncement doit être complètement inondé. Aujourd’hui ce n’est pas le cas alors les enfants s’amusent à escalader les piliers de roches sous les objectifs de tous les photographes amateurs de la plage.

A 17H, il fait trop sombre pour continuer à prendre des prises de vues, nous décidons de partir faire un tour dans Vik. La ville n’est bien évidemment pas très grande et se résume surtout à une église perchée au sommet de la montagne, un bord de mer avec un centre commercial et plusieurs restaurants, et une petite zone résidentielle.

Vu qu’il est encore trop tôt pour manger, nous nous arrêtons au « centre commercial », oui je mets des guillemets car il ne ressemble pas vraiment à nos centres commerciaux à nous, ici un magasin alimentaire, et deux boutiques et hop, c’est un centre commercial ! :D Nous faisons le tour d’un magasin afin de se racheter quelques petites choses à manger, et nous craquons pour du chocolat Islandais. Un peu plus loin dans une boutique de souvenirs, je me fais plaisir avec un macareux en peluche. Oui ça va, je sais, on ne me juge pas s’il vous plait. Dans cette grande boutique, ils vendaient d’ailleurs des « boites à air islandaises ». C’est quoi encore cette connerie ?! lol La chose qui m’aura faite le plus rire restera les casquettes et tee shirts indiqués « Eyjafjallajökull, Easy to prounonce .. EY-JA-FJALLA-JO-KULL » Haha !

Il n’est que 18H30 mais nous allons tout de même nous diriger tout doucement vers le restaurant que j’avais repéré. Il s’agit d’un restaurant un peu excentré dans Vik, il n’est pas sur la plage avec les autres restaurants mais il avait été conseillé par la dame qui nous avait accueilli à l’hôtel. Il y a déjà pas mal de monde dans l’établissement quand nous arrivons. Nous savourons un bon diner qui nous coûtera tout de même plus de 50€ pour deux plats et une bière. Nous repartons aussitôt après pour notre hôtel. Nous profitons de la salle de repos pour s’offrir un bon thé tout en guettant les aurores boréales. Il n’est que 20H, nous allons rentrer en plein dans la zone dans peu de temps. Depuis notre chambre, je sauvegarde les photos tout en guettant par la fenêtre, mais malheureusement nous ne verrons pas de lueur verte ce soir malgré plusieurs essais de poses longues à l’extérieur.

A 23H, on décide de laisser tomber. La fatigue commence à se faire sentir, c’est l’heure de dormir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sécurité CAPTCHA : Merci de donner la réponse à cette opération avant de valider votre message :

*