Voyage à Valence [18.08.13 : Huit longues heures de train et l’arrivée à Valence]

Il est 6H, une bonne heure pour se lever en vacances non ?
A 6H45, nous prenons la direction du tramway, puis de la gare où nous arrivons sur les coups de 07H.
Le train est déjà affiché et est même déjà à quai ! On cherche notre voiture (qui est à l’extrémité du train) et on prend place dans ce qui sera notre petit espace pour les 8H à venir. Nous sommes dans un compartiment qui est plus petit qu’une voiture entière, il y a moins de sièges et donc moins de monde, c’est plutôt agréable. On peut comparer ça aux compartiments des TGV Français qui sont eux aussi, en extrémité.
Le temps passe, et il est l’heure de partir. Un message en Français, en Espagnol et en Catalan est diffusé dans les hauts-parleurs. On nous indique que des écouteurs vont être distribués pour nous permettre de suivre les programmes sur les TV qui se situent aux deux extrémités du wagon, ou pour écouter de la musique. Les sièges sont effectivement équipés de prises Jack et de boutons permettant de régler le volume et les différents canaux. Les deux télé présentant dans notre compartiments vont diffuser 2 films en Espagnols… sous-titrés Espagnol !
Peu après le départ, un agent de la RENFE passe effectivement nous distribuer des écouteurs.

100_0739La classe non ?

Bon personnellement, je suis sur ma tablette, j’ai une liste de film/séries pour bien plus que 8H alors c’est parti !

Au bout de 2H de trajet, nous arrivons à Cerbère, qui est la dernière gare Française avant le passage en Espagne.
La merveilleuse application de la SNCF m’indiquant que nous resterons à quai pendant 10 minutes, j’en profite pour sortir voir ce qu’il se passe. Les paysages sont bien sympa dis-donc !

100_0743Durant cet arrêt, la motrice de la SNCF se détache et une motrice de la RENFE vient s’attacher à notre train. Le personnel SNCF descend afin qu’il ne reste plus que tu personnel RENFE à bord. C’est également l’heure de couper la 3G sur nos téléphones pour éviter les surprises puis le train nous annonce enfin que durant cet arrêt ils vont devoir adapter notre train au rails Espagnols, l’écartement n’étant pas le même entre la France et l’Espagne.
Après tout cela, nous reprenons la route pour nous arrêter 10 minutes plus loin à Portbou, première gare espagnole. A partir de là, adieu les consignes en France, elles ne seront plus qu’en Espagnole et en Catalan.

Le voyage se poursuit, le contrôleur fait un trou dans nos billets, un autre est chargé de demander aux passagers leur destination et pendant ce temps là le train file (très) lentement vers Valence. Nous traversons ainsi Figueres et Gerona avant d’arriver à Barcelona où une bonne partie des voyageurs vont descendre.
L’arrêt à Barcelone est de 12 minutes, on en profite alors pour prendre quelques photos à la gare de Barcelone, cette ville me rappelle beaucoup de souvenir, je la connais bien.
On s’enfonce de plus en plus dans l’Espagne, Tarragona, Salou, Cambrils, Aldea, Vinaroz, Benicarlo, Benicasim, Catellon et enfin… VALENCIA ! Nous avions accumulé plus de 20 minutes de retard sur le trajet mais nous sommes arrivé à Valence à l’heure, alors je ne sais pas trop comment le train s’y ai pris, mais bon.. ! Il va poursuivre sa route jusqu’à Carthagène sans nous.

Il fait chaud et humide dans la gare, mais moins humide qu’à Barcelone où c’était vraiment l’enfer quand on est sorti du train.
On sort de la gare pour découvrir les arènes de Valence qui sont franchement pas terribles.
On trouve assez rapidement notre hôtel, l’hôtel Continental situé à deux pas de la Plaza Del Ayutamiento, une des places maitresses de la ville.

Nous partons ensuite nous balader autour de la place et dans les rues adjacentes.
Les bâtiments sont haut, sont beaux, c’est fait avec beaucoup de goût et malgré la chaleur on passera l’après-midi à se balancer dans le coin pour acheter quelques souvenirs (comme ça c’est fait hein !).

DSC_0018Après un rapide passage à l’hôtel, on repart en direction de la gare pour acheter nos titres de transport pour les 3 jours. On choisit donc le forfait 3J avec bus illimité et métro en zone A, cela nous suffira amplement. On galère un peu à se faire comprendre, la femme parle vite, on alterne entre Anglais et Espagnol et on y arrive enfin.
On prend ensuite le chemin du Centre Commercial le plus proche, équipé d’un Corte Ingles énorme de chez énorme, sur 7 étages des fringues, des fringues et des fringes. Julien se trouvera un jean Levi’s pour 40€ et moi un tee shirt sympa d’un des nombreuses marques du magasin.
On fait également quelques courses alimentaires, et surtout : de l’eau. Après divers passage en Espagne, bien que l’eau de ce pays soit très potable, je ne la supporte pas et j’ai souvent été malade durant mes vacances en Espagne à cause de l’eau du robinet, étant enfant. Du coup maintenant, c’est eau minérale obligatoire en Espagne pour moi. On achète donc une bouteille de 2,50L afin de remplir nos petites bouteilles pour les jours à venir ainsi que quelques « souvenirs gustatifs » comme des Cheetos qu’on ne trouvait plus en France.

On est crevé par le train, crevé par la chaleur mais on est quand même motivé pour essayer de trouver un endroit sympa où manger et où s’arrêter boire un verre.

On mangera ce soir là chez notre ami Burger King qui n’est toujours pas présent en France et chez qui on était pas allé depuis notre passage à l’Aéroport de Los Angeles.
On remonte tout le centre-ville pour trouver quelques bars que j’avais repéré sur Internet mais malheureusement ils sont tous les deux fermés. Tant pis, une autre fois ! J’ai vraiment    envie de goûter la boisson locale : La Horchata de Chufa.

On fini la soirée chez Starbucks parce que. j’en suis fan et que je n’ai que très rarement le temps d’y passer lors de mes passages à Paris.
La Plaza Del Ayutamiento est vraiment sublime la nuit avec toutes ses lumières, je m’arrête donc le temps de faire quelques (centaines de) photos.

DSC_0062Nous continuons également la balade jusqu’à la gare éclairée de nuit et qui est également très belle.

DSC_0047Il est l’heure de rentrer à l’hôtel, le temps de planifier le lendemain et il est l’heure de dormir. La journée était longue et il fait vraiment très humide ici.
Demain, direction l’Oceanogràfic !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sécurité CAPTCHA : Merci de donner la réponse à cette opération avant de valider votre message :

*